/news/health
Navigation

Médecins de famille: télémédecine et RDV en ligne pour améliorer l’accès

Le ministre de la Santé, Christian Dubé
Photo d'archives Simon Clark Le ministre de la Santé, Christian Dubé

Coup d'oeil sur cet article

Inspiré par l’expérience durant la pandémie, le gouvernement Legault mise sur la télémédecine, combinée à la prise de rendez-vous en ligne, pour respecter sa promesse d’offrir un médecin de famille à tous les Québécois d’ici la fin de son mandat.

• À lire aussi: Largué par son doc qui déménage

• À lire aussi: Les vrais patients ce sont eux...

« On ne se dirige pas vers une promesse brisée », a assuré le ministre de la Santé, Christian Dubé, en conférence de presse vendredi, aux côtés du premier ministre François Legault.  

Vendredi matin, Le Journal rapportait qu’un Montréalais devra attendre 864 jours avant d’obtenir un nouveau médecin de famille. En ce moment, 82% des Québécois sont inscrits auprès d’un omnipraticien et le taux baisse sous les 75% dans certaines régions. D’ailleurs, Le Devoir révélait, vendredi, que 100 000 Québécois se sont ajoutés à la liste d’attente du Guichet d’accès à un médecin de famille depuis un an.  

Mais M. Dubé affirme que la situation s’est améliorée depuis l’élection de la CAQ, passant de 6,4 millions à 6,6 millions de personnes inscrites. De plus, l’inscription a été ralentie par la pandémie. Au plus fort de la crise, les médecins étaient invités à répondre aux demandes de consultations, qu’il s’agisse de leur patient ou non. « Et ça, c'est sûr que ça a changé la donne parce que, pendant trois, quatre mois, n'importe qui pouvait appeler, qu'il soit inscrit ou pas », illustre le ministre.  

Télémédecine et rendez-vous en ligne

Cette expérience des consultations en ligne et par téléphone inspire le gouvernement, qui y voit une façon d’augmenter le nombre de patients vus par un médecin. « On s'est bien rendu compte que la télémédecine nous a donné un moyen coup de main, parce qu'il y a des gens qui n'ont plus besoin d'aller, justement, à la clinique, puis d'être capables de bien se faire servir », explique le ministre.  

Combinée à la prise de rendez-vous en ligne via Rendez-vous santé Québec et Bonjour-santé, la télémédecine permettra de donner accès à un médecin à l’intérieur d’un délai de 36 heures, estime M. Dubé, en référence à un autre engagement de la CAQ. « Et ça, c'est le début de la capitation », dit-il au sujet de la nouvelle forme de rémunération que son gouvernement veut imposer à une partie du corps médical. Plutôt que d’être payés à l’acte, ceux-ci seraient rémunérés pour la prise en charge d’un groupe de patient.   

De son côté, le président de la Fédération des omnipraticiens du Québec (FMOQ), le Dr Louis Godin, fait valoir que, malgré ses avantages, la consultation à distance « ne remplacera pas toutes les visites au bureau, loin de là ». Son organisme estime également qu’il manque près de 1000 médecins pour répondre adéquatement aux besoins de la population québécoise.  

Relance économique et environnement

Par ailleurs, outre le contrôle de la COVID-19, la relance économique du Québec et le dépôt du plan de réduction des GES seront au cœur de la prochaine session parlementaire, qui débute la semaine prochaine à Québec.  

Le premier ministre François Legault a confirmé son intention de déposer une nouvelle mouture du projet de loi 61 qui sera axée sur l’accélération des expropriations et des évaluations environnementales. « Ça n'a pas de bon sens que ça prenne des années avant de commencer la construction », plaide M. Legault.  

Il est possible de réduire les délais « sans réduire les standards », a-t-il ajouté en anglais.  

D’ailleurs, même si le projet de loi 61 a été présenté comme un projet de relance économique au printemps dernier, le premier ministre a confié qu’il prévoyait déjà s’attaquer à ces délais des expropriations et des évaluations environnementales « même avant la pandémie », afin de respecter ses promesses faites pendant la campagne électorale de 2018.  

– Avec la collaboration de TVA Nouvelles

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.