/news/provincial
Navigation

Suicide: message poignant d’un candidat à la mairie de L’Ancienne-Lorette

Il évoque la question de la santé mentale et du suicide

Le candidat à la mairie de L’Ancienne-Lorette, Guillaume Paradis.
Photo Stevens LeBlanc Le candidat à la mairie de L’Ancienne-Lorette, Guillaume Paradis.

Coup d'oeil sur cet article

Dans un message poignant publié sur Facebook, le communicateur Guillaume Paradis, un des cinq candidats à la mairie de L’Ancienne-Lorette, décrit le mal psychologique immense qui le rongeait il y a à peine quelques mois et qui a failli le mener au suicide.

« Le 5 janvier dernier, l’expression “Je vais m’accrocher à un poteau” ne faisait pas du tout référence à la pose d’affiches, pendant une campagne électorale. J’avais un mal immense, qui prenait toute la place, et je ne voyais pas d’autres solutions que le suicide. J’ai été hospitalisé, contre mon gré, et j’ai obtenu l’aide dont j’avais besoin », décrit-il dans une publication faite jeudi soir sur son profil Facebook personnel. Le 10 septembre correspond à la Journée mondiale de la prévention du suicide. 

M. Paradis, 42 ans et père de trois enfants, assure qu’il va beaucoup mieux aujourd’hui et qu’il est finalement allé chercher l’aide psychologique dont il avait besoin.

« Alors qu’en janvier je voulais mourir, je suis maintenant sur le terrain plusieurs heures par jour afin de convaincre mes concitoyens de m’accorder leur confiance et de me confier les rênes de notre communauté », ajoute-t-il.

Le candidat à la mairie de L’Ancienne-Lorette, Guillaume Paradis.
Photo Facebook, Guillaume Paradis

Pourquoi maintenant ?

Pourquoi publier un tel message maintenant ? « S’il y a une seule personne que je peux aider avec ça, c’est tout ce que je veux. Si une personne ne “file” pas et lit ce message dans un jour, un mois ou un an, j’espère qu’elle prendra le téléphone pour demander de l’aide, a-t-il répondu au Journal. Je ne veux pas que quelqu’un se trouve dans le fin fond comme je l’ai été. Je veux que les gens demandent de l’aide avant qu’il ne soit trop tard. »

Guillaume Paradis jure que son message n’a aucune visée électorale. Il croit, au contraire, que « les préjugés qui entourent encore les maladies mentales » pourraient davantage lui nuire que lui servir.

« Je ne veux pas faire de calculs sur cette question-là. Elle est trop importante [...]Je ne pense pas que ça va m’aider (électoralement parlant) », assure-t-il.  

Une élection municipale partielle à la mairie de L’Ancienne-Lorette aura lieu le 4 octobre pour désigner un successeur au défunt maire Émile Loranger. 

Si vous avez besoin d’aide:  

Association québécoise de prévention du suicide  

www.aqps.info  

1 866 APPELLE (277-3553)