/news/green
Navigation

Incendies de forêt: air irrespirable en Colombie-Britannique

Coup d'oeil sur cet article

La qualité de l’air est si mauvaise en Colombie-Britannique, en raison des incendies de forêt qui sévissent sur la côte ouest américaine, que les autorités invitent la population à rester à l’intérieur. 

Les enfants et les personnes âgées ne devraient pas s’aventurer à l’extérieur et les activités physiques à l’extérieur ne sont pas recommandées pour le reste de la population, a fait savoir, dimanche, le gouvernement de la Colombie-Britannique. Cet avis est en vigueur depuis quelques jours.

Sur l’échelle de risque pour la santé, la qualité de l’air se trouvait à son point le plus dangereux, soit «très grand risque», pour toute la région de Vancouver et de Victoria, ainsi que pour l’Okanagan et le sud-est de la province, près de l’Alberta.

Malheureusement, cette situation devrait persister, lundi, avant de vraisemblablement s’améliorer durant la semaine prochaine, selon Environnement Canada.

«Nous avons besoin d’un changement de masse d’air, a précisé le météorologue Armel Castellan de l’organisme fédéral, cité par Global News. Cela affecte tout le monde. Des adultes en santé devraient remettre toute activité intense extérieure.»

Selon le site internet IQAir, Vancouver a été la grande ville du monde avec la pire qualité de l’air pour une brève période samedi. Dimanche, la métropole de la Colombie-Britannique se trouvait au 2e rang des pires endroits, tout juste derrière Portland en Oregon, également frappée par ces incendies.

Le nombre de particules fines était de 100 microgrammes par mètre cube sur la côte, contre près de 500 à Castlegar, dans le sud-est de la province, selon Global News.