/sports/racing
Navigation

«C’est arrivé si rapidement»

Stroll sort indemne d’une violente sortie de piste

«C’est arrivé si rapidement»
Capture d'écran, TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

L’impact avec un muret de pneus a été violent, mais Lance Stroll est heureusement sorti indemne d’une sortie de piste à haute vitesse survenue dimanche au 43e tour du Grand Prix de Toscane de F1. 

• À lire aussi: Hamilton gagne dans le chaos

Le pilote québécois occupait le quatrième rang et sentait derrière lui la menace d’Alexandre Albon, brillant troisième à l’arrivée, quand il a perdu le contrôle de sa Racing Point. 

Le bolide piloté par Lance Stroll a été sévèrement abîmé lors de son accident. Le véhicule a été remorqué à l’extérieur de la piste
Photo REUTERS
Le bolide piloté par Lance Stroll a été sévèrement abîmé lors de son accident. Le véhicule a été remorqué à l’extérieur de la piste

« Nous n’avons pas établi la cause exacte de l’accident, a indiqué Stroll sur les ondes du réseau britannique Sky Sports. Mais tout porte à croire qu’une crevaison en serait l’origine ou une défaillance de la suspension.  

« C’est arrivé si rapidement, a-t-il raconté. Nous allons toutefois étudier tous les paramètres avant de tirer une conclusion. » 

Si on estime que Stroll a frappé le muret à près de 250 km/h, le revêtement en gravier a efficacement ralenti son embardée qui a signifié le deuxième drapeau rouge de la journée. 

Au sixième rang 

Pour la première fois à ses huit derniers départs, le pilote de 21 ans n’a pas inscrit de points au championnat du monde de F1. Il glisse de la quatrième à la sixième place au tableau après les neuf premières étapes de la saison. 

Avec sa récolte de 57 points, il est maintenant devancé par Lando Norris (65) et Albon (63) dans cette lutte « au meilleur des autres ». Lewis Hamilton fait cavalier seul (190) devant son coéquipier Valtteri Bottas (135) et Max Verstappen (110). 

Pérez sauve les meubles 

Quelques jours après avoir appris qu’il était remplacé l’an prochain par Sebastian Vettel, Sergio Pérez a pu sauver les meubles chez Racing Point en ralliant l’arrivée à la cinquième place pour permettre à son écurie d’accumuler dix points précieux. 

« D’abord, je suis heureux de voir que Lance n’a pas été blessé lors de son gros accident, a indiqué le Mexicain. Mon résultat est satisfaisant après une course aussi folle. Il est toutefois dommage que je n’aie jamais été en mesure de battre pour une place sur le podium. »

Une catastrophe évitée 

Bon nombre d’observateurs ont montré du doigt Valtteri Bottas quand le deuxième départ (lancé cette fois) a été donné. Le Finlandais a ralenti le peloton jusqu’à la dernière seconde avant de remettre les gaz. Derrière lui, l’effet accordéon a provoqué le chaos. Un accident impliquant quatre pilotes dont le Canadien Nicholas Latifi a incité les commissaires du Grand Prix de Toscane à agiter un premier drapeau rouge. Une catastrophe a été évitée.

« Ils éteignent les gyrophares de la voiture de sécurité assez tard, a expliqué Bottas, donc vous ne creusez l’écart avec les autres que tardivement. Lorsque vous êtes en tête, le but est de maximiser vos chances. 

« Oui, j’ai attendu avant d’appuyer fort sur l’accélérateur, mais la relance de la course a lieu à la ligne de départ/arrivée. Pas avant. Ça ne sert à rien de se plaindre .» 

Comme Hamilton

Ce n’est certes pas la première fois que celui qui occupe le premier rang, avant la fin de l’intervention de la voiture de sécurité, décide de ralentir la meute de voitures derrière lui. Lewis Hamilton est passé maître dans cette pratique. 

Après la course, les 12 pilotes en piste ont été avertis par les commissaires de la Fédération internationale de l’automobile (FIA) d’éviter de tels comportements dans le futur. « Les pilotes, lit-on dans le communiqué de la FIA, ont accéléré et freiné de façon inconstante et incohérente à partir du dernier virage devant les puits de ravitaillement. Nous leur adressons un avertissement tout en estimant qu’aucun d’entre eux n’est entièrement responsable de l’accident. »

Selon le règlement, Bottas avait le droit de dicter le rythme de la course. Mais justement, faudrait-il le revoir ledit règlement ?