/sports/opinion/columnists
Navigation

L’Équipe Québec de Michel Bergeron

Coup d'oeil sur cet article

À quoi pourrait ressembler Équipe Québec ? Si la pandémie a un tant soit peu de positif, c’est peut-être le fait que nous avons tous eu du temps pour réfléchir. Puisqu’on ne sait toujours pas ce qu’il adviendra de la prochaine saison de la LNH, j’ai eu envie de m’amuser un peu. 

L’ancien joueur Bob Sirois a publié son ouvrage, Équipe nationale du Québec – un projet rassembleur, hier, ce qui m’a donné envie de me mettre dans la peau d’un dirigeant qui aurait à mettre en place une équipe composée des meilleurs joueurs de la Belle Province. 

Un exercice difficile qui, au final, me force à poser deux constats clairs : notre équipe Québec saurait tirer son épingle du jeu grâce à une force de frappe en attaque qui n’aurait rien à envier à certaines autres sélections nationales, mais aussi grâce à la passion et la fierté de représenter la fleur de lys. Toutefois, il y aurait du travail à faire en défensive.

Le leader Bergeron

Même s’il ne rajeunit pas, je n’aurais d’autres choix que d’offrir le rôle de centre no 1 et leader incontesté d’Équipe Québec à Patrice Bergeron, un joueur qui rendrait de fiers services à l’équipe nationale, autant en attaque qu’en défensive. Et, question de recréer une chimie qui se compare à celle qu’il a développée avec Brad Marchand et David Pastrnak avec les Bruins de Boston, je le jumellerais à l’explosif Jonathan Huberdeau et à Anthony Mantha, un marqueur naturel.

Et pour apprendre de Bergeron, dans le but de devenir l’éventuel pivot à tout faire avec Équipe Québec, je placerais le jeune Pierre-Luc Dubois au centre de ma deuxième unité en compagnie d’un autre jeune et fort talentueux attaquant qui ferait partie de la relève québécoise, Anthony Beauvillier des Islanders de New York. Son jeu en séries à l’heure actuelle m’impressionne à tous les points de vue. Il est rapide, possède un bon lancer et il est un excellent manieur de rondelle. Question d’ajouter un peu d’expérience à ce fringuant duo, qui de mieux que David Perron pour le compléter ?

Sur les troisième et quatrième trios, pas question de mettre de côté des joueurs offensifs pour d’autres plus responsables en mission défensive. Jonathan Drouin, Yanni Gourde et Jonathan Marchessault formeraient une troisième unité qui serait en mesure d’apporter de l’énergie à la formation tout en s’inscrivant à la feuille de pointage régulièrement.

Le très polyvalent et responsable centre du Canadien de Montréal Phillip Danault pivoterait, quant à lui, la quatrième unité avec Anthony Duclair et Nicolas Roy, un joueur avec lequel je suis littéralement tombé en amour cette année.

J’essaie toujours de comprendre, d’ailleurs, comment le Canadien a pu le laisser glisser jusqu’en quatrième ronde en 2015... Enfin...

Et si vous permettez, je ferais également une place à Alexis Lafrenière comme 13e attaquant de l’équipe. Un talent comme le sien mérite d’être là et il y a fort à parier qu’il chaufferait les fesses de plusieurs vétérans pour un poste régulier en attaque.

Défense et gardiens

À l’arrière, la première paire de défenseurs serait excitante à souhait. Thomas Chabot et Kristopher Letang formeraient un duo dynamique dans le moule du hockey d’aujourd’hui. Par la suite, j’aimerais voir le jeune et explosif Samuel Girard aux côtés du vétéran droitier David Savard, un joueur que j’ai appris à apprécier avec les Blue Jackets de Columbus lors des plus récentes séries.

Pour terminer, les missions défensives seraient confiées à Marc-Édouard Vlasic, qui compte une vaste expérience en compétitions internationales, et Jason Demers.

Vous faites probablement le même constat que moi, toutefois : la profondeur est moins au rendez-vous en défensive. Il faudrait que tout le monde accepte son rôle et mette la main à la pâte.

Heureusement, Équipe Québec pourrait compter sur un gardien de haut niveau, un passionné et un gagnant, en Marc-André Fleury. Corey Crawford serait un auxiliaire de luxe et je ferais aussi une place à Jonathan Bernier, un gardien sous-estimé qui a malheureusement évolué pour des équipes de bas de classement, presque toute sa carrière.

Cette équipe composée en totalité de joueurs ayant évolué dans la LHJMQ serait dirigée par Alain Vigneault. Michel Therrien et Joël Bouchard tandis que Julien BriseBois et Marc Bergevin agiraient à titre de codirecteurs généraux. Le président serait Serge Savard. Et son vice-président ?

Je pose ma candidature. 

Propos recueillis par Kevin Dubé

Directeurs généraux   

Julien Brisebois et Marc Bergevin
Photos d'archives
Julien Brisebois et Marc Bergevin

Entraîneur chef  

Alain Vigneault
Photo Martin Chevalier
Alain Vigneault

Entraîneurs adjoints   

Michel Therrien et Joël Bouchard
Photos d'archives
Michel Therrien et Joël Bouchard

Président   

Serge Savard
Photo Ben Pelosse
Serge Savard

Vice-président   

Michel Bergeron
Photo Chantal Poirier
Michel Bergeron

Attaquants  

Anthony Mantha, Pierre-Luc Dubois et David Perron
Photos d'archives
Anthony Mantha, Pierre-Luc Dubois et David Perron

Anthony Duclair, Phillip Danault et Nicolas Roy
Photos d'archives
Anthony Duclair, Phillip Danault et Nicolas Roy

Patrice Bergeron, Anthony Beauvillier et Jonathan Huberdeau
Photos d'archives
Patrice Bergeron, Anthony Beauvillier et Jonathan Huberdeau

Jonathan Drouin, Yanni Gourde et Jonathan Marchessault
Photos d'archives
Jonathan Drouin, Yanni Gourde et Jonathan Marchessault

Extra  

Alexis Lafrenière
Photo Jean-François Desgagnés
Alexis Lafrenière

Défenseurs  

Kristopher Letang, Thomas Chabot et Samuel Girard
Photos d'archives
Kristopher Letang, Thomas Chabot et Samuel Girard

Jason Demers, Marc-Édouard Vlasic et David Savard
Photos d'archives
Jason Demers, Marc-Édouard Vlasic et David Savard

Gardiens  

Marc-André Fleury, Corey Crawford et Jonathan Bernier
Photos d'archives
Marc-André Fleury, Corey Crawford et Jonathan Bernier