/news/transports
Navigation

Des études géotechniques sous le pont Dubuc à Saguenay

Coup d'oeil sur cet article

À Saguenay, un autre chantier a débuté sur le pont Dubuc, mais cette fois-ci, c'est ce qui se passe sous l'eau qui intéresse le ministère des Transports. 

Une foreuse installée sur une barge a recueilli ses premiers échantillons de sol autour des unités de fondation du pont ce lundi.

Ces études géotechniques permettront de connaître avec précision la composition du fond marin qui soutient l'infrastructure routière la plus achalandée du Saguenay: plus de 55 000 véhicules y circulent quotidiennement.

«Les études en cours n'ont pas de liens avec les travaux de réfection actuels de la structure, a indiqué la porte-parole régionale du ministère des Transports, Nathalie Girard.

«Même si on fait des réfections, on continue d'étudier nos structures et de les inspecter. Étant donné que nos techniques ont grandement évolué avec le temps, on peut faire un portrait encore plus précis du fond marin», a-t-elle poursuivi.

L'équipe de travail est composée de techniciens du ministère, mais aussi de marins et de capitaines pour s'assurer de la sécurité des opérations sur l'eau.

Les six travailleurs doivent tenir compte du courant souvent puissant dans ce secteur, des marées et de la profondeur de la rivière Saguenay.

«Nos équipes vont effectuer du forage en moyenne à 65 mètres de profondeur et parfois même jusqu'à 100 mètres», a précisé Mme Girard.

Il s'agit d'un défi de taille pour le ministère.

«La barge est munie d'un système de filtration des eaux parce que lors des opérations de forage, y'a des sédiments qui se forment, donc on peut les filtrer pour diminuer l'impact sur l'environnement», a expliqué Nathalie Girard.

Le ministère des Transports prévoit avoir besoin de six à huit semaines pour récupérer tous les échantillons de sol nécessaires à la caractérisation complète.