/entertainment/tv
Navigation

Guillaume Lambert et «L’âge adulte» récompensés en Australie

Guillaume Lambert et «L’âge adulte» récompensés en Australie
Photo d'archives Agence QMI, TOMA ICZKOVITS

Coup d'oeil sur cet article

La websérie L’âge adulte a récolté une flopée de prix dans des festivals étrangers depuis trois ans. Pour la première fois la semaine dernière, Guillaume Lambert a été récompensé pour ses talents de scénariste sur cette fiction, à Melbourne, en Australie.

Le parcours doré de L’âge adulte semble sans fin. Après avoir arraché des distinctions dans des événements spécialisés du web à Vancouver, Londres, Bruxelles et chez nous, aux Olivier et aux Gémeaux, les aventures de la famille Noël viennent de se démarquer au Melbourne Webfest : International Web Series Festival dans deux catégories prestigieuses, celles de la meilleure série de comédie et du meilleur scénario.

Une première pour Guillaume Lambert, qui avait jusqu’ici vu sa production plébiscitée dans son ensemble, mais dont les textes n’avaient encore jamais été primés.

«En tant que scénariste, j’ai toujours beaucoup cru à la télé d’auteur. Même avant l’apparition de Netflix, j’avais envie de faire du cinéma à la télévision. L’âge adulte est née dans cette veine, dans la mouvance de la multiplication des chaînes et de l’accessibilité aux séries télévisées d’ailleurs, dans cette diversité. Il y a cinq ans, le web n’était pas un terrain encore très développé, j’ai voulu m’y aventurer, et le pari est réussi», raconte Guillaume, qui a eu envie de tâter le monde de la websérie après avoir tenté l’expérience du court métrage.

Les trois saisons de L’âge adulte, déposées sur ICI Tou.tv en 2017, 2018 et 2019, mettent en vedette Guillaume Lambert lui-même, ainsi que Mylène Mackay, Mickaël Gouin, Geneviève Boivin-Roussy et Sarah-Anne Parent. Comme le démontre le titre, de jeunes adultes s’y forgent une identité et se remettent en question de toutes sortes de façons.

«Je voulais des épisodes en parallèle les uns des autres, comme un kaléidoscope, avec des gens qui cherchent qui ils sont, qui cherchent à s’affirmer», a indiqué Guillaume Lambert, qui prévoit tourner son deuxième long métrage, Niagara, au printemps prochain, après nous avoir offert Les scènes fortuites au début 2018.

Fin de Like-moi!

Autre source de fierté pour Guillaume Lambert : l’aventure Like-moi!, qui se termine cet automne. Dans cette cinquième et ultime saison – tournée avant la pandémie – que Télé-Québec diffuse depuis la semaine dernière (aussi disponible sur Club illico), tous les personnages bien-aimés de la comédie décalée de Marc Brunet reviendront faire un dernier tour en guise d’adieu.

On aura même droit à un quiz opposant les célébrissimes Gaby Gravel (Florence Longpré) et Rebecca-Sophie, de la fausse téléréalité Je choisis Jonathan (Katherine Levac).

C’est avec beaucoup d’affection dans la voix que Guillaume Lambert décrit comment Like-moi! l’a outillé professionnellement et propulsé leur popularité à ses camarades (Florence Longpré, Karine Gonthier-Hyndman, Philippe-Audrey Larrue St-Jacques, etc) et lui.

Il a salué aussi avec beaucoup de chaleur la communauté d’adeptes de l’émission, à l’humour aussi absurde que ses créateurs, qui suit les saynètes avec intérêt, jusqu’à en apprendre les dialogues par cœur.

«Ce sont des années décisives dans nos carrières. Toute l’équipe d’acteurs, ç’a été un peu notre naissance professionnelle. Quand on a commencé, ça faisait quelques années que j’étais dans le milieu, mais je n’avais pas beaucoup d’expérience à la caméra. Cinq ans de Like-moi! plus tard, j’ai fait environ 500 personnages, très rapidement. Ç’a été une école fabuleuse. J’ai appris énormément», a avancé Guillaume, qui a dit compter parmi ses séries-cultes La fin du monde est à 7 h et Le cœur a ses raisons, deux autres projets du père de Like-moi!.

«Il y a vraiment quelque chose, dans la signature des projets de Marc Brunet, qui vient chercher la petite dose de folie dans notre cerveau et qui la nourrit avec beaucoup, beaucoup de sucre, a-t-il ricané. Moi-même, je suis "fan" de Like-moi!. Je ne suis pas dans tous les sketchs, et quand je regarde l’émission, je ris de bon cœur. Mon rêve, c’est qu’on ait nos grosses têtes en papier mâché au prochain défilé de Juste pour rire (rires).»

Like-moi!, le lundi, à 22 h 30, à Télé-Québec. L’émission est rediffusée plusieurs fois dans la semaine, et disponible sur Club illico également.