/entertainment/shows
Navigation

«Je suis gâté pourri»

André-Philippe Gagnon est reconnaissant du soutien du public

GEN-CELINE-DION
Photo Agence QMI, Joêl Lemay André-Philippe Gagnon remontera sur scène le 30 septembre, à l’hôtel Plaza de Québec, pour l’événement-bénéfice de la Fondation Réno-Jouets.

Coup d'oeil sur cet article

Les applaudissements du public, André-Philippe Gagnon ne les tient pas pour acquis. À 57 ans, le célèbre imitateur affirme qu’il continue de mettre les bouchées doubles pour que ses voix sonnent le plus possible comme les originales.

La raison est simple. Il lui est inconcevable de décevoir un public qui l’acclame généreusement depuis 1983.

« Tabarouette, je suis gâté pourri. Les professeurs ou les infirmières qui se fendent le cul en quatre pour aider du monde qu’ils ne connaissent même pas, ils ne sont pas applaudis à toutes les trente secondes », a-t-il reconnu lors d’un entretien avec Le Journal

« C’est ça qui me pousse, explique André-Philippe Gagnon. Si tu annonces que tu vas faire Hubert Lenoir ou David Bowie, arrange-toi pour que ça sonne pareil, pour ceux qui t’ont choisi ce soir-là et qui ont acheté leur billet il y a plusieurs mois. Ça, c’est important pour moi. »

L’homme aux 500 voix

Autant il est reconnaissant envers le public, autant il est généreux en entrevue. En une demi-heure de placotage, il a bien dû nous faire une trentaine de voix différentes.

Pour expliquer comment il doit parfois s’adapter au fait que la voix d’une personnalité vieillit et change, il a pigé dans ses imitations de Serge Savard, Julien Poulin et Julien Clerc.

La pandémie lui a-t-elle inspiré de nouvelles imitations ? Dans la seconde, il emprunte les cordes vocales de François Legault et y ajoute ensuite celles de Horacio Arruda.

En incluant les ajouts récents Ed Sheeran, Charlie Puth ou Milky Chance, André-Philippe Gagnon croit détenir environ 500 voix parlées et chantées dans son répertoire.

« 200, 300 en français et presque autant en anglais », calcule-t-il tout haut.

Réno-Jouets

La COVID-19 a repoussé le début de la tournée Je suis André-Philippe Gagnon à 2021. Quelques représentations sont encore à l’horaire du Capitole, en décembre, mais il ignore s’il pourra monter sur scène alors.

En attendant, l’imitateur a commencé à offrir des spectacles corporatifs sur le web. Avec le télétravail, il croit que c’est une formule qui est là pour rester.

Le 30 septembre, il sera cependant là en chair et en os, à l’hôtel Plaza de Québec pour l’événement-bénéfice de la Fondation Réno-Jouets, qui remet des jouets recyclés et remis à neuf à des organismes qui aident des familles défavorisées.

« Je connais Richard Coulombe [le président de la fondation] depuis longtemps. J’ai déjà participé à des levées de fonds pour Réno-Jouets. Je trouve tellement que c’est une bonne idée. Je fais un spectacle spécialement pour l’événement, ce sera un best-of des numéros que je fais en France et au Canada anglais. »

  • Il sera possible d’assister à cet événement-bénéfice en personne, en respectant les règles sanitaires ou en ligne. Les détails sur fondationreno-jouets.ca