/sports/hockey
Navigation

Retour des Nordiques à Québec: des discussions toujours en cours

Marc Crawford; Jacques Martin
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Alors que le sujet du retour des Nordiques a presque disparu de l'espace public au cours des derniers mois, le maire de Québec a indiqué lundi que des discussions sont toujours en cours.

«J'essaie de savoir quel est l'état des finances de la Ligue nationale de hockey. Je suis sur le téléphone. Il y a du monde qu'on connaît dans certains clubs. On tente de voir comment ça va», a brièvement répondu le maire de Québec, au moment où le Centre Vidéotron, toujours sans équipe de la Ligue nationale de hochey, célèbre en septembre son cinquième anniversaire.  

  • Écoutez la chronique de Jean-Charles Lajoie avec Benoit Dutrizac à QUB Radio:  

Marc Crawford; Jacques Martin
Photo Stevens LeBlanc

«On essaie de savoir quels sont les clubs qui pourraient avoir le plus de problèmes financiers. Ça serait vraiment triste», a-t-il lancé, sarcastique. 

«J'essaie de me faire une idée sur l'état de la situation pour voir si la situation actuelle peut nous avantager. Je suis là. Je n'irai pas plus loin parce ça va se compliquer.»

Centre Vidéotron

Par ailleurs, le maire a réagi lundi à un reportage de Radio-Canada dans lequel des promoteurs se disaient déçus des délais imposés sur les projets immobiliers qu’ils espéraient réaliser à proximité d’ExpoCité. Il a rejeté leurs critiques.

«Qu’ils fassent leur job on va faire la nôtre (...). Même s’ils crient dans les médias, ça n’ira pas plus vite. Peut-être que leur projet est pas bon, en passant.» 

Le chef de l’opposition à l’hôtel de ville reproche à l’administration Labeaume de mettre des bâtons dans les roues des promoteurs pour le développement du secteur du Centre Vidéotron et a déploré, lundi après-midi, la réaction du maire en réponse à leurs doléances.  

«Le maire, tout ce qu’il a trouvé de bon à dire, c’est que leur projet n’est pas bon, s’est indigné Jean-François Gosselin en mêlée de presse. Ce sont des gens qui veulent développer, qui mettent leurs billes pour revitaliser un secteur qui en a besoin. Au lieu de donner ce genre de réponse-là, il devrait aller les rencontrer et faire un suivi avec l’administration pour savoir ce qui cloche et pourquoi ça n’avance pas.» 

«Depuis que je suis élu, on entend qu’il y a de l’appétit pour ce secteur-là, ça c’est la bonne nouvelle. Les promoteurs déposent des projets mais l’administration Labeaume se traîne les pieds. La Ville ne joue pas son rôle de facilitateur. Le maire dit qu’il va nous présenter éventuellement sa vision pour l’axe Hamel-Laurentienne, ça serait le temps que ça aboutisse», a martelé le chef de Québec 21.  

– Avec la collaboration de Jean-Luc Lavallée