/entertainment/tv
Navigation

Un Plan B français sans distanciation

Le tournage de l’adaptation française a commencé à Marseille

Plan B
Photo courtoisie, François Lefebvre/Gaumont/TF1/Be-Films/RTFB/MMXX La première image du tournage de l’adaptation française de la série de science-fiction Plan B, mettant en vedette l’actrice Julie De Bona dans le rôle originalement défendu par Sophie Lorain au Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Six mois après avoir été repoussés en raison du coronavirus, les tournages de l’adaptation française de Plan B ont démarré la semaine dernière à Marseille. Le tout, sans distanciation sociale entre comédiens.

Les Français adaptent la deuxième saison du drame de Jacques Drolet et Jean-François Asselin, saison dans laquelle Sophie Lorain interprète Florence, une animatrice de radio qui remonte le temps pour empêcher sa fille de commettre l’irréparable.

Dans l’Hexagone, le rôle principal a été confié à Julie De Bona, une actrice particulièrement en demande puisqu’elle devait compléter un autre tournage – une comédie romantique intitulée Coma idyllique – avant de plonger dans l’univers Plan B.

Bruno Debrandt et Kim Higelin, la petite-fille de Jacques Higelin, font également partie du casting de cette série destinée au réseau TF1.

Règles différentes

Alors qu’au Québec, la reprise des tournages est encadrée de manière très stricte pour freiner la pandémie de COVID-19, en France, la situation est différente.

Joint au téléphone, le producteur Arnaud De Crémiers de Gaumont Télévision, la boîte derrière cette nouvelle version, révèle que devant l’objectif, les comédiens n’ont pas d’écart de 2 mètres à respecter.

« On devait mettre en place certaines mesures, comme porter le masque, mais les acteurs peuvent se toucher et s’embrasser. On doit seulement les tester avant. S’ils n’avaient pas accepté d’avoir des scènes de proximité, on aurait changé le scénario », déclare le producteur.

« Il y a toute une préparation autour et derrière, mais à l’écran, le public français n’y verra que du feu », ajoute Louis-Philippe Drolet, vice-président exécutif et directeur général de KOTV, la maison de production de Plan B au Québec. 

Ajustements

La COVID-19 a forcé les producteurs du Plan B français à effectuer un changement important au scénario. Au départ, l’action centrale devait se dérouler en 2020. Pour éviter de devoir parler de confinement dans l’histoire, le récit a été décalé en 2019.

Les tournages de Plan B se poursuivront jusqu’au 3 décembre.

Au total, 63 jours de tournage sont prévus, dont 62 à Marseille. L’équipe se déplacera à Paris pour filmer quelques prises qu’on verra dans l’épisode où Florence reçoit l’Ordre national du mérite. Au Québec, Florence faisait Montréal-Québec aller-retour pour obtenir sa Médaille du gouverneur général.

Effet entonnoir

Après avoir été suspendus pendant plusieurs mois, les tournages de longs métrages, téléfilms et séries ont repris en juin en France. Plusieurs productions ont toutefois attendu à septembre pour repartir la machine.

Résultat : on observe présentement un effet entonnoir. Pas moins de neuf tournages battent leur plein à Marseille, incluant Plan B.

« C’est énorme, commente Arnaud De Crémiers. La production française n’a jamais été aussi active. »

Au Québec, on ignore quand on pourra tourner la troisième saison de Plan B avec Pier-Luc Funk. KOTV vise le printemps 2021, mais tout dépendra des restrictions qui seront en vigueur.