/news/currentevents
Navigation

Accusée d’avoir happé mortellement un signaleur

Le procès devant jury de la jeune conductrice s’est ouvert lundi à Granby

Coup d'oeil sur cet article

Un cas de rage au volant extrême s’est transporté devant le tribunal lundi, où une jeune femme subit son procès devant jury pour avoir happé mortellement un signaleur routier, il y a trois ans, en Estrie.

• À lire aussi: Percuté par une automobile: un signaleur routier succombe à ses blessures

• À lire aussi: La femme qui a happé son conjoint accusée d’homicide involontaire

« Non coupable », a répété d’une voix basse à quatre reprises Catherine Geoffroy.

La femme de 33 ans est accusée de voies de fait armées envers Jane Hannaburg et Michel Carmel, de l’homicide involontaire de ce dernier et de délit de fuite ayant causé sa mort.

Catherine Geoffroy est en liberté pendant son procès pour l’homicide involontaire du signaleur routier Michel Carmel.
Photo Pierre-Paul Poulin
Catherine Geoffroy est en liberté pendant son procès pour l’homicide involontaire du signaleur routier Michel Carmel.

L’arme en question est une voiture, a précisé le juge Claude Villeneuve au jury.

Les crimes présumés se seraient produits à l’intersection de la route 220 et de la rue de l’Église, dans le village de Bonsecours, le 7 novembre 2017.

Vers 15 h 30, Catherine Geoffroy aurait immobilisé sa Honda Civic rouge aux abords d’un chantier routier.

Happé deux fois

Selon la Couronne, représentée par Mes Émilie Baril-Côté et Laurence Bélanger, la jeune femme avait son cellulaire collé à l’oreille en conduisant, si bien que la signaleuse lui aurait demandé de patienter, le temps d’informer son superviseur.

Michel Carmel s’est avancé près du véhicule et l’accusée aurait alors heurté les deux employés. On aurait ensuite avisé la conductrice que la police se présenterait sur les lieux. 

Elle aurait néanmoins voulu continuer sa route, happant une autre fois le superviseur. Celui-ci a été projeté sur le capot, puis s’est frappé la tête contre le sol.

Les blessures de M. Carmel ne semblaient pas trop graves au départ, mais son état s’est détérioré et l’homme de 60 ans a succombé à un traumatisme craniocérébral sévère.

Catherine Geoffroy aurait quitté la scène sans lui porter assistance et en poursuivant sa conversation au téléphone. 

  • Écoutez Gilles Proulx sur QUB radio:

Écoutez Horacio

Cinq femmes et neuf hommes ont été choisis pour entendre la cause qui devrait durer trois semaines, au palais de justice de Granby.

Pandémie oblige, les procédures sont plus laborieuses que d’habitude. 

Les 14 citoyens sont tous séparés par des panneaux de plexiglas. Chacun a sa propre bouteille de gel désinfectant.

Lorsque les avocats leur donnent des documents, ils doivent enfiler des gants.

Le magistrat a même ajouté une directive spéciale. 

« Ne participez pas à des partys en fin de semaine où vous risqueriez de contracter le virus. Respectez ce que Horacio Arruda vous dit de façon très claire », a-t-il souligné en boutade.


Le procès de celle qui est défendue par Me Alexandre Tardif se poursuit mardi.