/news/currentevents
Navigation

Arnaque amoureuse: l’organisation aurait soutiré 2,3 millions $

Coup d'oeil sur cet article

Une quinzaine de fraudeurs qui auraient réussi à soutirer 2,3 millions $ à des gens à la recherche de l’amour ont été épinglés par la Sûreté du Québec, mardi, dans différentes régions de la province.

• À lire aussi: Des aînés victimes de fraude croyaient avoir trouvé l’amour

Au total, les autorités ont identifié une cinquantaine de victimes dont l’erreur aura été d’avoir cru qu’elles avaient trouvé le grand amour sur internet. Plus de la moitié d’entre elles sont des femmes (59 %). 

  • Écoutez Mélanie Dumaresq, sergente responsable d'équipe au Service des communications de la Sûreté du Québec, sur QUB radio:    

Le démantèlement du vaste réseau « d’arnaque amoureuse » a eu lieu au cours de la journée de mardi dans les régions de Québec, de Montréal et de l’Outaouais.

Grâce à la collaboration des médias, la Sûreté du Québec (SQ) a reçu d’autres signalements de victimes.

La présumée tête dirigeante de l’organisation, Sogli Espoir Kouassi, ainsi que ses deux complices allégués, Akissi Christelle Semon et Yapo Landry N’Cho, font partie des suspects appréhendés. 

  • Écoutez l'entrevue avec Denis Thériault :    

Ils sont tous dans la trentaine.

Neuf des quinze suspects ont été arrêtés mardi, et trois ont comparu au palais de justice de Québec par visioconférence.

Les six autres seront rencontrés ultérieurement par les enquêteurs.

« Prince de l’enfer »

Sogli Espoir Kouassi
Photo tirée de Facebook
Sogli Espoir Kouassi

Selon nos informations, Akissi Christelle Semon serait l’ancienne conjointe de Sogli Espoir Kouassi, qui aurait tiré les ficelles de ce réseau criminel opérant au Québec depuis quelques années déjà.

Sur son compte Facebook, Kouassi utilise le pseudonyme Méphistophélès, qui selon la légende, serait l’un des sept princes de l’enfer, incarnant parfois le diable sur Terre.

Selon la sergente Audrey-Anne Bilodeau, porte-parole de la SQ, les victimes, majoritairement québécoises, étaient des personnes vulnérables, pour la plupart âgées, repérées sur des sites de rencontres et des réseaux sociaux.

Un « don » de 350 000 $

À partir d’un faux profil, l’objectif des arnaqueurs était d’entretenir la relation virtuelle avec leur victime assez longtemps pour réussir à la faire tomber en amour, puis trouver toutes sortes de raisons pour lui soutirer de l’argent.

L’une d’entre elles a même envoyé plus de 350 000 $ à sa nouvelle flamme. Il s’agit du plus gros montant extorqué.

Le réseau criminel aurait des ramifications jusqu’en Côte d’Ivoire.

La SQ a d’ailleurs fait savoir que six arrestations sont prévues prochainement dans ce pays de l’Afrique de l’Ouest en lien avec cette affaire.

- Avec Anne-Sophie Poiré