/news/currentevents
Navigation

Des aînés victimes de fraude croyaient avoir trouvé l’amour

Des arnaqueurs utilisent la vulnérabilité des gens pour leur soutirer de l’argent

Coup d'oeil sur cet article

Les enfants de victimes d’une arnaque amoureuse sur internet, qui ont été dépouillées de plusieurs milliers $, trouvent épouvantable que des fraudeurs aient utilisé la vulnérabilité émotionnelle d’aînés pour leur soutirer de l’argent.

• À lire aussi: Arnaque amoureuse: Le «prince de l’enfer» à la tête d’un réseau de fraudeurs sans scrupule

« Ma mère sortait d’une relation difficile, elle était vulnérable. Ils sont tellement intelligents et manipulateurs, prévient Sylvain Duguay. Le fraudeur a bâti une relation avec elle et a même réussi à l’isoler [de ses proches]. »

Sylvain Duguay a aidé sa mère à se sortir d’une arnaque qui lui a coûté au moins 50 000 $.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Sylvain Duguay a aidé sa mère à se sortir d’une arnaque qui lui a coûté au moins 50 000 $.

La sexagénaire est tombée sous le charme d’un homme qui disait se prénommer Jean-Pierre et qu’elle avait rencontré sur Facebook. 

  • Écoutez la chronique de Geneviève Pettersen avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Hier, une quinzaine de fraudeurs qui auraient arnaqué des personnes vulnérables à la recherche de l’amour pour un total de 2,3 millions $ ont été ciblés par la Sûreté du Québec.

« Il [Le fameux Jean-Pierre] lui promettait de venir au Québec, qu’ils vivraient une belle vie ensemble. Elle croyait dur comme fer à leur histoire d’amour », raconte M. Duguay.

Sogli Espoir Kouassi, la présumée tête dirigeante d’un réseau d’arnaque amoureuse.
Photo tirée de Facebook
Sogli Espoir Kouassi, la présumée tête dirigeante d’un réseau d’arnaque amoureuse.

Sa mère a finalement perdu jusqu’à 50 000 $ aux mains de cet arnaqueur avec qui elle a entretenu une relation pendant plusieurs années sans jamais le rencontrer.

« Parfois, il avait besoin d’argent pour ses papiers d’immigration afin de venir la rejoindre. Une autre fois, il a eu un accident de voiture et devait payer ses soins. Elle lui a déjà transféré jusqu’à 5000 $ ou 6000 $ », rapporte M. Duguay.

Deux faillites

« Toutes ses économies y sont passées. Pourtant, elle a tellement travaillé dur pour amasser chaque sou, s’attriste-t-il. Elle a fait deux faillites. »  

Le fils de cette victime est soulagé d’apprendre que les enquêteurs ont arrêté Sogli Espoir Kouassi, la présumée tête dirigeante d’une organisation d’arnaque amoureuse.

« Les policiers m’ont dit ce matin [mardi] que c’est lui qui parlait à ma mère tous les jours », souligne Sylvain Duguay, dont la mère a préféré ne pas s’adresser aux médias. 

  • Écoutez Mélanie Dumaresq, sergente responsable d'équipe au Service des communications de la Sûreté du Québec, sur QUB radio:    

Sans savoir s’il s’agit de l’œuvre de ceux qui ont été arrêtés mardi, Henri (nom fictif) a vécu une histoire semblable. Tout a commencé quand l’homme de 62 ans a reçu des photos explicites de trois femmes sexy via Messenger. L’ex-fonctionnaire de Gatineau, esseulé et à la pension généreuse, a répondu aux messages.

Josiane (à droite) croit que son père Henri est victime d’une arnaque amoureuse.
Photo courtoisie
Josiane (à droite) croit que son père Henri est victime d’une arnaque amoureuse.

Après avoir consulté les relevés bancaires de son père, sa fille Josiane (nom fictif) estime qu’entre octobre 2019 et aujourd’hui, son père a englouti au moins 15 000 $ dans cette arnaque amoureuse.

« Je trouve ça dégueulasse », dit-elle.

Son père, qui combat l’ennui, a même pensé un jour recevoir la visite d’une des trois femmes sexy. Josiane affirme avoir compris bien vite que son père avait cédé au charme d’une arnaqueuse.

Marge de crédit remplie

« Il a épuisé une marge de crédit de 10 000 $ dans le temps de le dire, raconte sa fille. En envoyant des 500 $ et des 1000 $ ici et là à une soi-disant jeune femme monoparentale qui n’a pas d’argent pour nourrir son enfant, ou encore, à la cousine de celle-ci ou à l’une de ses amies qui étaient dans le pétrin. »

« Je trouve ça épouvantable, de profiter des personnes vulnérables comme mon père », déplore-t-elle.


Du 1er janvier au 30 juin 2020, 499 victimes ont déclaré des pertes de 11,7 M$ selon le Centre antifraude du Canada.