/entertainment/movies
Navigation

Cinq films à voir

Le coup d’envoi de la 10e édition du FCVQ a lieu mercredi soir

Coup d'oeil sur cet article

Installez-vous confortablement sur votre divan, c’est en pantoufles et pyjama que vous pourrez dévorer à compter de mercredi soir les films à l’affiche de la version COVID-19 du Festival de cinéma de la ville de Québec. Bien que certains longs métrages auront droit à une présentation en salle, c’est principalement en ligne que se vivra le dixième anniversaire du festival. Quoi voir ? Le Journal vous propose sa sélection. 

• À lire aussi: Adorable grand-maman pas commode

La déesse des mouches à feu 

Photo courtoisie

Étrennée à la Berlinale, cette adaptation par Anaïs Barbeau-Lavalette du roman de Geneviève Pettersen, qui suit le parcours chaotique d’une adolescente des années 1990 dont les parents sont en processus de divorce, compte parmi les films québécois les plus attendus de la saison. 

  • Présentation en salle seulement : 17 septembre, 19 h, Cineplex Sainte-Foy   

Je m’appelle humain 

Photo courtoisie

Après le succès de Kuessipan en 2019, le FCVQ reste fidèle à ce lien noué avec les peuples autochtones en proposant ce documentaire sur la femme de lettres innue Joséphine Bacon, qui se bat pour que sa culture et sa langue maternelle ne disparaissent pas. 

  • Présentation en ligne : 18 septembre, 19 h, salle Québecor   

Nadia, Butterfly 

Photo courtoisie

Sélectionné à Cannes, ce drame sportif mettant en vedette de vraies athlètes, dont la médaillée olympique Katerine Savard, est un incontournable, ne serait-ce que pour la captivante scène du relais 4 x 100 m des Jeux olympiques (fictifs) de Tokyo. Rarement le sport n’a été filmé avec autant de réalisme dans un film québécois. 

  • Présentation en ligne : 16 septembre, 19 h, salle Québecor   

À cœur battant 

Photo courtoisie

L’un est à Tel-Aviv, l’autre à Paris avec le bébé. Comment entretenir l’amour à distance quand il n’y a que Skype ? Un film qui prend une autre dimension depuis que nous devons vivre avec la COVID-19. 

  • Présentation en ligne : 17 septembre, 19 h, salle Québecor   

Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait 

Photo courtoisie

Un autre film issu de la sélection cannoise privée de tapis rouge, Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait, du réalisateur français Emmanuel Mouret, avec Niels Schneider à l’écran, s’annonce comme un récit d’amours passés et présents mettant aux prises une galerie de personnages. 

  • Présentation en ligne : 20 septembre, 19 h, salle Québecor