/opinion/columnists
Navigation

Oui, on est tanné... Et alors?

Coup d'oeil sur cet article

C’est pas difficile à comprendre, me semble.

Le nombre de cas de COVID a augmenté au Québec ces derniers jours.

Pourquoi ?

Parce qu’il y a un relâchement. 

Il y a trop de gens qui ne respectent plus les consignes, sous prétexte qu’ils sont tannés.

LE SOMMELIER DU PURELL

Moi aussi, je suis tanné.

Tanné de porter un masque à l’intérieur, et tanné de me mettre du désinfectant sur les mains chaque fois que j’entre dans un commerce.

L’autre jour, j’avais plusieurs petites courses à faire. Je suis allé dans un centre commercial pour toutes les faire au même endroit. J’ai dû entrer dans une quinzaine de boutiques.

Un petit peu de désinfectant, shopping. Un petit peu de désinfectant, shopping. Un petit peu de désinfectant, shopping.  

Après 10 minutes, j’avais les mains toutes gluantes. 

À force de me mettre du désinfectant sur les mains, je suis rendu un véritable spécialiste. 

Je connais toutes les sortes. Les désinfectants qui sentent la lavande, ceux qui sentent le parfum cheap, ceux qui sentent le nettoyant à plancher, ceux qui sentent la charogne, ceux qui entrent dans la peau tout de suite, ceux qui te donnent l’impression d’avoir mis les deux mains dans un bol rempli de morve... 

Si jamais quelqu’un ouvre une boutique de désinfectant à mains, je suis votre homme.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

« Quel désinfectant voulez-vous aujourd’hui ? Nous venons de recevoir un lot du Chili, je vous le recommande : frais, léger, soyeux. Avec une belle finale... »

LES UNS ET LES AUTRES

Bref, moi aussi, je suis tanné. On est tous tannés.

Et alors ?

Ce n’est pas parce que t’es tanné de l’hiver qu’il n’y aura pas d’hiver cette année. 

T’auras beau t’entêter à porter des shorts et des gougounes le 10 février prochain, il va continuer de faire -20 !

Ceux qui ont manifesté samedi me diront : « Et alors ? Ce n’est pas parce que tu attrapes la COVID que tu vas en mourir. La plupart des gens qui l’ont attrapée s’en sortent très bien... »

Oui. Parce qu’ils sont en santé. Mais pendant la période d’incubation du virus, alors qu’ils ne SAVENT PAS qu’ils sont infectés, ils peuvent transmettre la COVID à d’autres personnes qui ne sont pas aussi en forme qu’eux.

Là encore, c’est pas difficile à comprendre­­­ !

Il n’y a pas que nous dans la vie. Il y a aussi les autres. 

Est-ce trop vous demander de penser aux autres ?

Les gens que vous croisez dans la rue, au travail, dans les commerces ?

Quoi, ils sont moins importants que vous, les autres ? Ils ne méritent pas qu’on les protège ?

Que vous les protégiez ?

On ne respecte pas les consignes uniquement pour soi. On le fait aussi – et surtout – pour les autres.

Ça s’appelle vivre en société. 

L’ÎLE AUX NOMBRILS

Si ça vous emmerde tant que ça, de vivre en société, on peut régler votre problème.

On va prendre une île, n’importe laquelle (l’Île-aux-Fesses, l’Île-aux-Noix, l’Îsle-aux-Grues) et la transformer en gros bar à ciel ouvert.

Vous pourrez frencher qui vous voulez, chanter Agadou jusqu’aux petites heures, même passer vos journées à vous lécher la face. 

Mais si vous êtes malades, débrouillez-vous.

On vous parachutera des Tylenol. 

Pour soigner votre « p’tite grippe ».