/news/currentevents
Navigation

Un membre des Hells Angels plaide coupable

Coup d'oeil sur cet article

Arrêté en août 2018 dans le cadre du projet Nocif 2, le Hells Angels membre du chapitre de Trois-Rivières Jean-François Bergeron a plaidé coupable à trois accusations de trafic de drogue.

Lancée en 2014, l’enquête Nocif avait permis l’arrestation de 24 personnes en lien avec du trafic de cocaïne dans la région de Saguenay en novembre 2017. Ce n’est cependant que lorsqu’un membre du club-école des Deimos Crew North East, Pierre Beauchesne, a retourné sa veste et est devenu témoin collaborateur que l’opération a gagné en importance. 

Les informations obtenues du témoin repenti ont ensuite permis une deuxième vague d’arrestation, Nocif 2, en août 2018. Du nombre, les motards Jean-François « Frank » Bergeron et Bernard « Ben » Plourde, membres du chapitre de Trois-Rivières, ont été arrêtés en plus de présumés complices.

Trois chefs d’accusation

Alors que des auditions ont lieu en prévision du procès à venir, Jean-François Bergeron a choisi de plaider coupable mardi après-midi à trois chefs d’accusation de trafic, de complot et de gangstérisme. 

Selon le résumé des faits, très succinct, fait par le procureur de la Couronne Jean-Simon Larouche, Bergeron contrôlait un territoire de vente de cocaïne en contrepartie de quoi il recevait des redevances sous forme de « quote ».

Le 13 avril 2017, avant même la première rafle du projet Nocif, le témoin repenti Pierre Beauchesne avait été arrêté au domicile de Bergeron après qu’il lui eut remis une « cote » de 10 000 $. Avant cette date, Beauchesne s’était rendu à six reprises chez Bergeron. 

Après avoir dit « coupable » d’un ton grave aux accusations qui pesaient contre lui, Jean-François Bergeron a quitté la boîte des accusés sans regarder Bernard Plourde, assis à ses côtés, pour qui les procédures se poursuivent. Bergeron connaîtra sa sentence en décembre prochain.