/news/coronavirus
Navigation

La Santé publique de la Capitale-Nationale mise sur les textos pour remédier aux délais

Coup d'oeil sur cet article

Alors que des citoyens de Québec doivent patienter jusqu’à sept jours avant d’obtenir un résultat de test à la COVID-19, la Direction de santé publique de la Capitale-Nationale promet de corriger le tir, en misant notamment sur l’envoi de textos.

Les délais entourant la transmission de tests ont augmenté dans la région de Québec. Au cours des derniers jours. Le Journal a été en contact avec une dizaine de personnes qui ont dû attendre au moins cinq jours, parfois sept, avant de recevoir leur résultat de test. 

Plusieurs dénoncent ce temps d’attente, dont des enseignants et des représentants de directions d’école qui doivent trouver des suppléants pour remplacer des profs en congé forcé, alors que la pénurie de personnel est bien réelle.  

«On nous avait promis un fast-track pour le réseau scolaire, mais ce qu’on voit, c’est qu’il faut attendre minimalement trois jours, parfois même jusqu’à dix jours avant d’obtenir un résultat», déplore Nicolas Prévost, président de la Fédération des directions d’établissement d’enseignement, qui affirme que la problématique est loin de se limiter à la région de Québec. 

À la Direction de santé publique de la Capitale-Nationale, on indique que l’augmentation de la capacité d’analyse en laboratoire devrait permettre de corriger la situation au cours des prochains jours. 

Résultats par texto

Les autorités de santé publique miseront aussi sur l’envoi de résultats négatifs par message texte plutôt que par téléphone.  

Cette offre, qui existe depuis environ trois semaines, sera «rehaussée et fortement recommandée», explique son porte-parole, Mathieu Boivin. «Ça pourrait vraiment faire une belle différence», lance-t-il. 

Même si cette option est déjà disponible, elle ne semble pas avoir été offerte à tous puisque plusieurs personnes avec qui Le Journal s’est entretenu s’expliquaient mal pourquoi la Santé publique n’avait pas recours aux textos pour accélérer la transmission de résultat négatif.   

Une pharmacienne, qui a accès aux résultats disponibles dans le Dossier santé Québec en tant que professionnel de la santé, a même pu constater de visu que les résultats des analyses étaient disponibles en moins de 48 pour des proches, qui ont toutefois dû patienter plusieurs jours avant de recevoir le coup de fil officiel de la santé publique.  

«C’est une perte de temps totale, j’ai jamais vu un système aussi mal foutu», a-t-elle lancé. 

De son côté, M. Boivin indique qu’il aurait pu y avoir des «enjeux techniques récemment», mais assure que la situation devrait s’améliorer sous peu. 

Ce dernier rappelle que les résultats sont transmis par ordre de priorité, «un peu comme à l’urgence», et que les gens qui sont déclarés positifs sont avisés beaucoup plus rapidement. 

Trente-cinq personnes sont maintenant affectées à la transmission des résultats par téléphone, précise-t-il.