/entertainment/tv
Navigation

Le prochain stand-up: un public qui fait la différence

Le prochain stand-up: un public qui fait la différence
Photo courtoisie, Éric Myre

Coup d'oeil sur cet article

Pandémie de COVID-19 oblige, le public a été évacué de presque toutes les émissions cet automne. Heureusement qu’on ne l’a pas chassé du studio du Prochain stand-up, l’une des quelques nouveautés de Noovo cet automne. Parce qu’on n’aurait pas été nombreux à regarder des humoristes livrer des blagues au milieu d’une salle vide.

C’est ce qu’on se disait en visionnant la première du rendez-vous hebdomadaire, qui sera diffusée jeudi soir à 20 h. Animée avec aplomb par Marie-Lyne Joncas, cette heure de télévision comporte suffisamment de bons moments pour qu’on veuille répéter l’expérience.

Le concept du concours est simple : pendant 13 semaines, 36 humoristes tenteront de prouver qu’ils ont ce qu’il faut pour devenir la prochaine vedette de l’humour au Québec. Pour ce faire, ils devront dérider trois juges (Louis Morissette, Mariana Mazza, P-A Méthot) ainsi qu’un parterre de 50 personnes en distanciation physique.

Échappé belle

Ce parterre a bien failli être complètement dégarni, nous expliquait récemment le réalisateur de l’émission, Daniel Vigneault (1res fois). Quelques jours avant d’entamer les enregistrements, le gouvernement a annoncé qu’il permettait les enregistrements devant public, à condition que tous demeurent à 2 mètres les uns des autres.

Cette décision a probablement sauvé la compétition, puisqu’on considérait ajouter des rires en canne pour pallier l’absence de spectateurs.

Le résultat final est satisfaisant. Certes, on est loin du plan initial pré-coronavirus qui prévoyait la présence d’une foule survoltée bien compacte, mais l’équipe de production a réussi à créer juste assez d’ambiance pour donner du panache au concours.

Quant aux concurrents, on n’a observé aucun crash gênant. Et selon toute vraisemblance, la qualité des numéros augmentera au fil de la progression de la compétition.