/news/provincial
Navigation

Un projet de 45 unités Airbnb contesté dans le Vieux-Québec

Le conseil de quartier s’oppose à un projet d’hébergement touristique

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Le président du conseil de quartier du Vieux-Québec, Alain Samson, s’oppose à un projet de 45 unités Airbnb au 196, rue Saint-Paul, un immeuble désaffecté.

Coup d'oeil sur cet article

Des citoyens du Vieux-Québec se mobilisent pour contrer un projet de 45 unités Airbnb sur la rue Saint-Paul, une contestation qui pourrait déboucher sur un référendum.

Le conseil de quartier du Vieux-Québec–Cap-Blanc–Colline-Parlementaire s’est rangé derrière les citoyens qui s’y opposent, cette semaine, en refusant d’appuyer le projet d’un promoteur.

Ce dernier veut transformer l’immeuble désaffecté du 196, rue Saint-Paul pour y accueillir les touristes et il s’agit de la seule façon, selon lui, de rentabiliser son investissement et de préserver la façade de l’édifice de 1860.

L’immeuble a fait la manchette cet été en raison des entraves qui bloquaient complètement la rue afin de sécuriser les lieux. Des travaux d’urgence ont été réalisés depuis pour soutenir la façade et rouvrir partiellement la rue.

Pour compléter son projet, le promoteur devra toutefois obtenir le feu vert de la Ville de Québec puisque le zonage ne lui permet pas de faire de l’hébergement touristique.

Besoin de nouveaux résidents

« On a mené une consultation et on a reçu une soixantaine de réponses et je dirais qu’environ 80 % des répondants étaient contre. Dans le fond, ce n’est pas compliqué ; on a besoin de résidents permanents dans le Vieux-Québec et l’hébergement touristique cause trop de problèmes puis on trouve que l’offre est déjà bien garnie avec l’hôtellerie actuelle », expose le président du conseil de quartier, Alain Samson.

Le conseiller Jean Rousseau, qui s’oppose aussi fermement au projet, rappelle qu’aucune case de stationnement n’est prévue pour les 45 unités, ce qui risque d’accentuer la problématique dans le secteur.

Déçu de l’opposition citoyenne

Le promoteur Nicolas Paradis n’a pas caché sa déception. Il dit avoir déjà modifié son projet plusieurs fois et avoir été « grandement à l’écoute des citoyens ».

Il s’est même engagé, en entrevue, à embaucher un gardien 24 h sur 24 pour contrôler tout débordement potentiel, afin de répondre aux inquiétudes des voisins.

« J’ai fait beaucoup de chemin, mais à un moment donné, ça ne marche plus. Il y a un sol instable, le bâtiment est en train de s’affaisser. Je ne suis pas capable de noyer les coûts de construction qui sont beaucoup plus élevés dans un projet d’appartements [ou de condos] », a-t-il fait valoir.

« C’est dur pour un promoteur de se faire dire : “Heille, construis donc des condos à la place.” Juste refaire les plans, ça coûte 250 000 $. Ce n’est peut-être pas tout le temps réalisable ce que les gens veulent. » 

Le promoteur a l’intention d’aller « jusqu’au bout » avec la dernière mouture de son projet, malgré la contestation.

Si le conseil d’arrondissement va de l’avant avec la demande de changement de zonage, un référendum semble inévitable.