/finance/news
Navigation

Les outils pour bien financer vos rénovations

paar mit sparschwein und umzugskartons
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Qu’il s’agisse de changer les fenêtres, de refaire les planchers ou de moderniser la salle de bain, les rénovations, ça coûte cher ! Quelles sont vos options pour les financer ?

• À lire aussi: Comment financer vos projets immobiliers?

Les solutions de financement varient en fonction du moment où vous effectuez vos rénovations, mais aussi de la somme que vous avez l’intention d’investir dans ces travaux.

Rénovations au moment de l’achat

Si vous désirez acheter une propriété et effectuer des travaux dès que vous en prendrez possession, vous pouvez demander un prêt hypothécaire achat avec rénovation à votre institution financière, conseille Denis Doucet, porte-parole de Multi-Prêts. « Dans ce cas, le montant prévu des rénovations sera inclus dans le prêt hypothécaire. Vous devrez calculer votre mise de fonds en vous basant sur le montant total, c’est-à-dire le prix de la maison plus celui des travaux », précise-t-il. Pour un prêt de 500 000 $ et moins, la mise de fonds minimum est de 5 %. Dans ce cas, vous devrez aussi souscrire à une assurance prêt hypothécaire auprès de la SCHL, Genworth ou Canada Garanty.

Rénovations après l’achat

Cela fait déjà quelques années que vous habitez dans votre propriété et vous souhaitez donner un petit coup de jeune à votre cuisine ? Si vous arrivez à la fin du terme de votre prêt hypothécaire, vous pourriez demander un refinancement au moment de son renouvellement. Il est possible d’obtenir jusqu’à 80 % de la valeur de la propriété. Cette formule est avantageuse, car ainsi vous bénéficiez des bas taux d’intérêt de votre hypothèque, et le remboursement sera étalé sur toute la durée de celui-ci.

Si vous êtes en cours de terme, votre institution financière pourrait vous offrir d’ajouter une « tranche » à votre prêt hypothécaire initial afin de couvrir les coûts des rénovations. Il faudra toutefois que vous vous qualifiiez pour ce nouveau montant total.

Autre solution : la marge hypothécaire, une marge de crédit garantie par votre propriété. « C’est intéressant, car les taux d’intérêt seront à peine plus hauts que ceux de votre prêt hypothécaire, et vous ne payerez les intérêts que sur la portion utilisée et non sur la totalité de la marge », indique Denis Doucet. La marge de crédit personnelle est une autre possibilité, mais il vous en coûtera plus cher en intérêts que pour une marge hypothécaire.

Avec un prêt personnel, les taux d’intérêt seront aussi plus élevés et appliqués à la totalité du montant accordé et pas seulement à la portion utilisée. Contrairement à une marge, l’échéance du prêt est fixée à l’avance, généralement cinq ans au maximum.

Pour de petites rénovations et si vous ne vous qualifiez par pour une marge ou un prêt, la carte de crédit garantie est une solution. Offerte par certaines institutions, ses taux d’intérêt sont plus bas (9 à 10 %) que ceux d’une carte de crédit conventionnelle, car elle est garantie par votre hypothèque.

Quant aux cartes de crédit traditionnelles, elles ne devraient pas être utilisées pour financer des rénovations compte tenu de leurs taux d’intérêt qui peuvent grimper jusqu’à 20 %, fait valoir Denis Doucet.

CONSEILS  

  • Si vous choisissez l’option du refinancement, sachez que vous devrez passer à nouveau devant le notaire et payer des frais et ses honoraires pour cette transaction. En revanche, cela ne sera pas nécessaire de le faire si vous ajoutez une tranche au prêt initial ou que vous demandez une marge hypothécaire.    
  • Attention : en ajoutant une tranche à votre prêt hypothécaire, vous aurez dès lors deux échéances différentes sur votre prêt. Si vous vendez avant l’échéance, cela pourrait engendrer des pénalités, parfois pour les deux tranches du prêt. Vous pourriez toutefois exiger du prêteur que l’échéance de la deuxième tranche soit alignée avec celle du prêt initial.    
  • Avec une marge de crédit personnelle ou hypothécaire, vous devrez faire preuve de discipline, car il n’y a pas d’échéance. Votre seule obligation est de payer chaque mois les intérêts qui courent sur la portion utilisée. On peut donc être tenté de ne rembourser que le minimum et de ne jamais liquider cette dette...    
  • Vous envisagez d’utiliser votre carte de crédit conventionnelle pour payer vos rénovations ? Assurez-vous de mettre en place un plan de remboursement rapide. S’il s’agit de votre unique option, vous devriez peut-être vous demander si vous avez vraiment encore les moyens d’être propriétaire...