/sports/football
Navigation

Saquon Barkley, un talent gaspillé avec les Giants

Les Giants misent sur un joueur d’exception en Saquon Barkley, mais ses prouesses n’ont rien changé aux performances de l’équipe.
Photo AFP Les Giants misent sur un joueur d’exception en Saquon Barkley, mais ses prouesses n’ont rien changé aux performances de l’équipe.

Coup d'oeil sur cet article

Il était pénible, lundi soir, de voir Saquon Barkley se faire régulièrement malmener derrière la ligne de mêlée avant même que la machine ait eu le temps d’embrayer. C’est à se demander combien de temps un talent aussi rare va croupir chez une équipe aussi mal en point que les Giants.

Le brillant porteur de ballon a été littéralement embouteillé par la vorace défensive des Steelers. À 11 reprises sur ses 15 courses, le premier contact a eu lieu avant même qu’il ne franchisse la ligne de mêlée. Selon Pro Football Reference, qui compile diverses statistiques avancées, la moyenne de verges par course avant le premier contact a été de -0,5 pour Barkley. Incroyable, quand même!  

  • Écoutez le balado La Zone payante, ci-dessous:   

Si c’était une exception, personne n’en ferait un cas, mais depuis le début de sa jeune carrière, c’est survenu régulièrement.

Il se retrouve fréquemment coincé dans un bourbier, sans porte de sortie, derrière une ligne offensive trop souvent dominée.

Une ligne débordée

Depuis trop longtemps, la ligne offensive des Giants en arrache. Après la dernière conquête du Super Bowl en 2011, la direction de l’équipe a négligé cet aspect du jeu. Certes, quelques perches ont été tendues au repêchage par les années passées, mais sans trop de succès. 

Au dernier encan, les Giants ont enfin reconnu ce problème criant en repêchant trois joueurs de ligne offensive. Il s’agissait de la toute première fois de leur histoire qu’ils optaient pour trois joueurs de ligne dans les cinq premières rondes.

C’est donc dire qu’après un seul match, il est trop tôt pour rendre les armes. La cohésion sur cette unité pourrait se développer à moyen terme. 

Mais voilà, c’est la troisième saison de Barkley à New York, après qu’il eut été le deuxième choix au total en 2018. Son talent est monstrueux, mais un porteur de ballon ne peut pas faire la différence quand son équipe est criblée de trous.

Les Giants misent sur un joueur d’exception en Saquon Barkley, mais ses prouesses n’ont rien changé aux performances de l’équipe.
Photo AFP

À moins d’un revirement rapide de situation, les Giants devront presque se demander s’il ne serait pas mieux d’échanger Barkley à un prétendant sérieux dont le jeu au sol a besoin d’un véritable cheval. 

Ça semble périlleux comme approche, mais il faut se rappeler qu’au début des années 1990, les Cowboys misaient sur un certain Herschel Walker dans le champ arrière. Ce dernier était dominant, mais l’équipe n’allait nulle part. En l’échangeant aux Vikings, ils avaient obtenu une tonne de choix au repêchage et jeté les bases de leur éventuelle dynastie.

Valeur à la baisse

Le problème, c’est qu’à l’heure actuelle, même si certains porteurs de ballon regorgent de talent, ils n’ont plus la même valeur qu’il y a 20 ou 30 ans à travers la ligue.

Les Giants misent sur un joueur d’exception en Saquon Barkley, mais ses prouesses n’ont rien changé aux performances de l’équipe.
Photo AFP

La saison passée, cinq des 10 porteurs de ballon ayant cumulé le plus de gains au sol ont observé les séries à la maison. Damien Williams, le porteur des champions, a bouclé la saison au 41e rang.

La tendance semble assez claire. Des 15 derniers champions du Super Bowl, seulement trois misaient sur un porteur de ballon qui figurait dans le top 10 pour les gains, soit les Patriots en 2016 avec LeGarrette Blount (2e), les Seahawks deux ans plus tôt avec Marshawn Lynch (4) et de nouveau les Patriots, en 2004, avec Corey Dillon (4e).

Les équipes ne sont donc plus entichées à construire leur équipe autour d’un porteur de ballon, aussi dominant soit-il. 

Prédictions de la semaine 2  

JEUDI

MON CHOIX  

  • Cincinnati à Cleveland BROWNS   

DIMANCHE

MES CHOIX  

  • Jacksonville au Tennessee (13h) TITANS  
  • Caroline à Tampa Bay (13h) BUCCANEERS  
  • Denver à Pittsburgh (13h) STEELERS  
  • LA Rams à Philadelphie (13h) EAGLES  
  • San Francisco à NY Jets (13h) 49ERS  
  • Buffalo à Miami (13h) BILLS  
  • Minnesota à Indianapolis (13h) COLTS  
  • Detroit à Green Bay (13h) PACKERS  
  • Atlanta à Dallas (13h) COWBOYS  
  • NY Giants à Chicago (13h) BEARS  
  • Washington en Arizona (16h05) CARDINALS  
  • Kansas City à LA Chargers (16h25) CHIEFS  
  • Baltimore à Houston (16h25) RAVENS  
  • Nouvelle-Angleterre à Seattle (20h20) SEAHAWKS   

LUNDI 

MON CHOIX  

  • La Nouvelle-Orléans à Las Vegas (19h10) SAINTS   

RÉSULTATS DE LA SEMAINE DERNIÈRE: 11 en 16 (68,8%)

LES CHOIX DU JOURNAL  

Jaguars de Jacksonville (1-0) vs Titans du Tennessee (1-0)

LE TRAIN HENRY

Les Giants misent sur un joueur d’exception en Saquon Barkley, mais ses prouesses n’ont rien changé aux performances de l’équipe.
Photo AFP

Les Jaguars ont surpris à la semaine 1, mais ils doivent vite se retourner, car ils sont sur les rails et le train Derrick Henry s’en vient. Le costaud porteur des Titans a gagné 441 verges et inscrit sept touchés au sol à ses trois derniers affrontements contre les Jaguars. Il a été relativement discret, lundi dernier, à son premier match et il a soif de vengeance. Les Jaguars n'ont remporté que six matchs au Tennessee en 25 ans. Jacksonville, c’était beau dimanche dernier, le temps que ça a duré. 

Titans par 10


Buccaneers de Tampa Bay (0-1) vs Panthers de la Caroline (0-1)

MATCH IDÉAL POUR REBONDIR

Les Giants misent sur un joueur d’exception en Saquon Barkley, mais ses prouesses n’ont rien changé aux performances de l’équipe.
Photo AFP

La défensive des Panthers vient de concéder 34 points aux Raiders. Pour Tom Brady et ses Buccaneers, c’est le remède idéal après une première semaine marquée par le manque de synchronisme. La défense des Panthers repart à neuf, cette saison, et il y a fort à parier qu’elle n’aura rien d’une machine à provoquer des revirements. À part Brian Burns pour appliquer la pression, c’est plutôt tranquille. Protégé de manière défaillante la semaine dernière, Brady sera plus confortable pour décocher. 

Buccaneers par 7


Broncos de Denver (0-1) vs Steelers de Pittsburgh (1-0)

GROS DÉFI POUR LOCK

Les Giants misent sur un joueur d’exception en Saquon Barkley, mais ses prouesses n’ont rien changé aux performances de l’équipe.
Photo AFP

La défensive des Steelers, ce n’est clairement pas de la petite bière. Face aux Giants, elle a produit trois sacs du quart et deux interceptions, ses deux spécialités de l’an dernier qui reviennent encore une fois hanter les quarts-arrières adverses. Drew Lock, quart des Broncos qui n’en sera qu’à son septième départ en carrière, risque d’être étourdi. En défensive, les Broncos seront privés de leur demi de coin AJ Bouye. JuJu Smith-Schuster, Diontae Johnson et Chase Claypool, le plancher est à vous!     

  • Steelers par 9   

Rams de Los Angeles (1-0) vs Eagles de Philadelphie (0-1)

DES RETOURS IMPORTANTS

Les Giants misent sur un joueur d’exception en Saquon Barkley, mais ses prouesses n’ont rien changé aux performances de l’équipe.
Photo d'archives, AFP

À moins d’une surprise de dernière minute, les Eagles devraient miser sur le retour au jeu du bloqueur Lane Johnson et du porteur Miles Sanders. Johnson est l’élément clé sur la ligne offensive, le joueur le plus athlétique. Mais il faudra voir comment cette ligne éclopée pourra freiner le monstre Aaron Donald. Les Rams ont frappé fort via leur jeu au sol, mais les Eagles sont peu généreux en défensive sur cette facette. Confession honnête du samedi: je suis de ceux qui font encore trop confiance aux Eagles...      

  • Eagles par 1   

49ers de San Francisco (0-1) vs Jets de New York (0-1)

LA PRESSION SERA FORTE

Les Giants misent sur un joueur d’exception en Saquon Barkley, mais ses prouesses n’ont rien changé aux performances de l’équipe.
Photo AFP

Les 49ers n’ont pas commencé en force lorsqu’ils ont bousillé une avance face aux Cardinals. Et voilà que le doute s’installe, d’autant plus que le demi de coin Richard Sherman sera absent. Malgré la défaite, la défensive a appliqué la pression 12 fois sur Kyler Murray, dimanche. Imaginez maintenant Sam Darnold cette semaine... Il a été sous pression dans 44,7% des jeux aériens la semaine passée, selon NextGen Stats. C’est la recette du désastre.     

  • 49ers par 13   

Bills de Buffalo (1-0) vs Dolphins de Miami (0-1)

UN COPIER-COLLER?

Les Giants misent sur un joueur d’exception en Saquon Barkley, mais ses prouesses n’ont rien changé aux performances de l’équipe.
Photo AFP

La défensive contre la passe des Dolphins a bien paru dans la défaite face aux Patriots, parce que ceux-ci n’ont tenté que 19 passes. Les Bills pourraient appliquer un copier-coller du plan de match des Pats, eux qui misent aussi sur un quart mobile en Josh Allen, en plus d’un duo de porteurs efficaces en Devin Singletary et Zack Moss. Les Dolphins viennent de concéder 217 verges par la course, une moyenne de 5,2 verges par portée. Ça ressemble trop au panier percé de 2019.     

  • Bills par 6   

Vikings du Minnesota (0-1) vs Colts d’Indianapolis (0-1)

DES VIKINGS TROP DOUX

Les Giants misent sur un joueur d’exception en Saquon Barkley, mais ses prouesses n’ont rien changé aux performances de l’équipe.
Photo AFP

Les Vikings n’affichaient pas leur identité des dernières années à leur premier match. Ils ont abandonné la course très tôt dans le match à l’attaque. Défensivement, aucun sac du quart et seulement quatre pressions. Pire encore, deux demis de coin réguliers, Mike Hughes et Cameron Dantzler, ont vu les 13 passes dans leur direction complétées. Les Colts n’ont pas de quoi se bomber le torse non plus. L’équipe vaincue sera déjà dans le gros pétrin.     

  • Colts par 4   

Lions de Detroit (0-1) vs Packers de Green Bay (1-0)

UN MATCH PIÈGE

Les Giants misent sur un joueur d’exception en Saquon Barkley, mais ses prouesses n’ont rien changé aux performances de l’équipe.
Photo AFP

La débandade des Lions et la performance étincelante des Packers dans leurs matchs respectifs à la semaine 1 ne doivent pas donner lieu à une évaluation définitive des deux équipes. Après tout, Packers et Lions se livrent souvent des duels plus serrés que prévu. Même s’ils sont toujours favoris par une bonne marge, les Packers ont échappé cinq des 10 derniers duels contre les Lions. Leurs cinq victoires ont été acquises par un touché ou moins. Les Packers, d’accord, mais par une marge raisonnable.     

  • Packers par 6   

Falcons d’Atlanta (0-1) vs Cowboys de Dallas (0-1)

REGAIN DE VIE DES COWBOYS

Les Giants misent sur un joueur d’exception en Saquon Barkley, mais ses prouesses n’ont rien changé aux performances de l’équipe.
Photo AFP

Les deux équipes doivent rebondir après un faux-départ. Les Cowboys devront le faire sans leurs secondeurs Leighton Vander Esch et Sean Lee, ce qui augure bien pour le porteur adverse, Todd Gurley. Il y aura probablement beaucoup de points inscrits entre ces deux équipes, qui misent sur des arsenaux aériens diversifiés. Justement, la tertiaire des Falcons vient de se faire cruellement exposer par les Seahawks et la destruction devrait se poursuivre. Le front défensif des Cowboys ennuiera Matt Ryan.     

  • Cowboys par 5   

Giants de New York (0-1) vs Bears de Chicago (1-0)

DUEL IMPRÉVISIBLE

Les Giants misent sur un joueur d’exception en Saquon Barkley, mais ses prouesses n’ont rien changé aux performances de l’équipe.
Photo AFP

Les Bears devraient être en mesure de freiner Saquon Barkley, mais ils ont été mauvais à la semaine 1 contre la course et rien n’est maintenant moins sûr. Ils misent aussi sur un front défensif apte à ensorceler le quart Daniel Jones, mais ils ont aussi été timides dimanche. Le retour possible de Robert Quinn pourrait les aider. La ligne offensive des Giants a été abusée par les Steelers et ce scénario pourrait se répéter. Deux de suite pour les Bears? C’est risqué, mais bon...      

  • Bears par 1   

Équipe de Washington (1-0) vs Cardinals de l’Arizona (1-0)

RETOUR SUR TERRE

Les Giants misent sur un joueur d’exception en Saquon Barkley, mais ses prouesses n’ont rien changé aux performances de l’équipe.
Photo AFP

Difficile de voir comment le superbe front défensif des Sans Nom de Washington pourrait répéter ses exploits face aux Cardinals. Non, Kyler Murray ne jouit pas de la meilleure protection, mais sa capacité à fuir la pression est un atout important dans cette rencontre. Si la pression ne l’atteint pas, Murray ne devrait pas éprouver trop de difficultés à tailler la tertiaire adverse, avec ses receveurs. DeAndre Hopkins s’est vite établi comme sa cible de rêve et l’attaque des Cardinals fera du bruit.     

  • Cardinals par 5   

Chiefs de Kansas City (1-0) vs Chargers de Los Angeles (1-0)

TROP CONSERVATEURS

Les Giants misent sur un joueur d’exception en Saquon Barkley, mais ses prouesses n’ont rien changé aux performances de l’équipe.
Photo AFP

Parmi les certitudes de la vie, il y a la mort et les impôts. Parmi les quasi-certitudes, il y a une victoire des Chiefs face aux Chargers. Comme dans 11 de leurs 12 derniers affrontements. Le passé, c’est le passé, mais pour avoir une chance face aux Chiefs actuellement, il faut ouvrir le livre de jeux. Voilà une notion bien étrangère au quart-arrière Tyrod Taylor. Ce dernier connaît une carrière respectable, mais difficile de compter sur lui quand la pétarade démarre. À moins d’une métamorphose soudaine.     

  • Chiefs par 10   

Ravens de Baltimore (1-0) vs Texans de Houston (0-1)

GROS DUEL DE QUARTS

Les Giants misent sur un joueur d’exception en Saquon Barkley, mais ses prouesses n’ont rien changé aux performances de l’équipe.
Photo d'archives, AFP

C’est tout un duel qui s’annonce entre deux des quarts-arrières les plus représentatifs de la nouvelle génération, Lamar Jackson et Deshaun Watson. Reste seulement à espérer que le suspense sera plus marqué que l’an dernier, quand les Ravens avaient écrasé les Texans 41-7 et que Watson avait été victime de six sacs, une interception et un échappé. Il risque encore de se faire malmener. Les Ravens sont vulnérables contre la course et le porteur des Texans David Johnson a bien paru avec sa nouvelle équipe.     

  • Ravens par 10   

Patriots de la Nouvelle-Angleterre (1-0) vs Seahawks de Seattle (1-0)

UN VRAI TEST POUR LES PATS

Les Giants misent sur un joueur d’exception en Saquon Barkley, mais ses prouesses n’ont rien changé aux performances de l’équipe.
Photo AFP

Les Patriots ont franchement impressionné avec leur nouvelle mouture offensive sous le règne de Cam Newton. C’est une chose toutefois de faire le coup aux Dolphins et c’en est une toute autre d’étourdir autant les Seahawks. La défensive de ces derniers n’est pas redoutable, mais les Jamal Adams et Bobby Wagner couvrent beaucoup de terrain. Les Patriots pourraient s’en tenir davantage à la passe, puisque les Seahawks appliquent peu de pression. Russell Wilson fera encore la différence.     

  • Seahawks par 5   

Saints de La Nouvelle-Orléans (1-0) vs Raiders de Las Vegas (1-0)

UNE PREMIÈRE À VEGAS

Les Giants misent sur un joueur d’exception en Saquon Barkley, mais ses prouesses n’ont rien changé aux performances de l’équipe.
Photo d'archives, AFP

Dans le stade flambant neuf des Raiders à Las Vegas lundi soir, il n’y aura personne. Ça ne signifie pas que le spectacle ne sera pas excellent pour autant. Les deux attaques aériennes sont capables de flammèches, mais les Saints seront privés de l’as receveur Michael Thomas. Il sera intéressant de voir comment Drew Brees s’ajustera, mais la tertiaire des Raiders est exploitable. Pour survivre, les Raiders devront courir avec Josh Jacobs, mais les Saints sont hermétiques contre le jeu au sol. Leur défensive demeure sous-estimée.     

  • Saints par 3