/sports/golf
Navigation

Omnium des États-Unis: Xander Schauffele attendra encore

GLF-MAJ-SPO-USP-U.S.-OPEN---FINAL-ROUND
Photo AFP Xander Schauffele étudie méticuleusement le vert au 17e trou.

Coup d'oeil sur cet article

Présentant un jeu impeccable et difficile à écarter du tableau à l’Omnium américain depuis 2017, Xander Schauffele attendra encore dans sa quête d’un premier titre majeur.

• À lire aussi: Omnium des États-Unis: Hercule déjoue le diable

• À lire aussi: Taylor Pendrith: un top 25 et un gros chèque

• À lire aussi: Omnium des États-Unis: Winged Foot a conservé son «charme»

L’Américain qui termine habituellement en force n’a pas su faire opérer sa magie à Winged Foot avec une carte finale de 74 (+4). En terminant avec une fiche cumulative de +4 au 5e rang, il ajoute un quatrième top 10 en autant de présences à ce championnat. 

Douche froide

Quand il a réduit l’écart sur les meneurs avec deux oiselets en milieu de parcours, grugeant de précieux coups sur les meneurs, tous les espoirs étaient permis sur un neuf de retour s’annonçant spectaculaire. 

C’était du moins le cas jusqu’à ce que Bryson DeChambeau et Matthew Wolffe calent chacun un aigle sur la normale 5 du 9e fanion, longue de 556 verges. Le premier en drainant un long roulé de 38 pieds et l’autre de 10 pieds. 

Schauffele a dérogé à son habitude en jetant un coup d’œil aux tableaux des meneurs dispersés sur le parcours. Il s’est vite aperçu qu’il accusait, malgré tout le travail, un retard de six coups sur le meneur avec huit trous à jouer. 

Cet écart l’a dérangé puisqu’il a enchaîné avec cinq bogueys de suite avant de terminer sur une note plus joyeuse, un oiselet, au 72e trou. 

«Ce deuxième neuf n’a pas été très tendre à mon égard cette semaine», a indiqué celui qui y a cumulé sept coups au-dessus de la normale à ses quatre passages. 

«Ces trous sont tous exposés aux vents et il faut savoir bien doser les trajectoires depuis les tertres», a-t-il ajouté. 

L’an prochain, l’Omnium sera disputé dans son patelin de la Californie, à Torrey Pines. Même si ce n’est pas son parcours favori, il tentera de gagner un premier titre majeur en carrière. D’ici là, il pourrait par contre y arriver à Augusta en novembre ou en avril prochain. 

Balle perdue

Parmi les faits saillants de la journée, plusieurs se sont gratté la tête en voyant Harris English chercher désespérément sa balle dans l’herbe longue à la gauche de l’allée du premier trou. Malgré l’aide d’une armée de bénévole, personne n’a retrouvé la précieuse petite balle blanche. Les moyens technologiques non plus. L’Américain a donc inscrit un double boguey dès le départ, en s’éloignant de la course au sommet. 

«J’ai traîné mon pied partout sans la trouver. Je n’ai jamais vu ça. Je suis content de ne pas avoir lâché par la suite», a témoigné le golfeur de 31 ans qui a tout de même réussi son meilleur résultat à l’Omnium avec ce quatrième rang.