/news/provincial
Navigation

«On est responsables de notre malheur», soutient Labeaume

Le maire de Québec craint que la Capitale-Nationale ne passe en zone rouge

Coup d'oeil sur cet article

Extrêmement inquiet de la progression « exponentielle » de la COVID-19, Régis Labeaume a affirmé lundi « qu’on est en train de l’échapper d’aplomb » et il a dit craindre que la région soit bientôt classée comme zone rouge.

• À lire aussi: Trois régions passent maintenant en alerte orange

• À lire aussi: COVID-19: «On est dans la deuxième vague», confirme le Dr Arruda

Le maire de Québec a adopté un ton alarmiste, lundi, pour décrire la situation dans la Capitale-Nationale, classée désormais au niveau d’alerte orange.

« Si ça continue, j’ai l’impression qu’on s’en va dans le rouge. Le rouge, c’est le mur [...] On a baissé la garde. On n’est plus vigilants. On est négligents. On est responsables de notre malheur et on continue de penser que le virus, c’est pour les autres », s’est inquiété Régis Labeaume. 

Selon lui, « il faut se réveiller. Quatre-vingt-douze cas par jour, c’est exponentiel. Ça va vite [...] Si on s’en va dans le rouge, c’est la panique qui prend. Ça détraque. Il y a encore plusieurs milliers de personnes à Québec qui n’ont pas retrouvé leur emploi [depuis la première vague du printemps] ».  

Réitérant son appel à respecter les consignes de la Santé publique, le maire Labeaume s’est attaqué aux « gourous » qui prônent un discours antimasque.

« Il y a des gens qui, sans aucune conviction, tentent de nous convaincre que ce n’est pas important de porter le masque et que ce serait à la limite dangereux, a-t-il décrié. Ces espèces de nano-Trump et de nouveaux gourous de pacotille, il ne faut pas les écouter parce qu’ils ne connaissent rien. Il faut écouter la science. »

invitation à la Prudence

Pour le moment, le rehaussement du niveau d’alerte n’a pas d’impact sur les infrastructures municipales, comme les bibliothèques.

La municipalité en est toutefois à vérifier si les consignes gouvernementales vont entraîner des changements dans les arénas. 

Le maire a insisté pour dire qu’il ne s’agit pas de se reconfiner à la maison comme ce fut le cas au printemps.

« Être vigilant, ça ne veut pas dire rester chez nous. On peut continuer à fréquenter des lieux publics, à consommer et à aller dans les restaurants. Faisons-le comme on le faisait il y a un mois. La seule différence est qu’on était prudent et là on ne l’est plus. »

Cinq bars récalcitrants

Présent au même point de presse, le chef du Service de police de la Ville de Québec, Robert Pigeon, a indiqué que les consignes sanitaires n’ont pas été respectées dans cinq bars de la ville en fin de semaine.

Des dossiers ont été transmis à la Régie des alcools, des courses et des jeux, et six constats d’infraction pourraient être donnés. 

« C’est des méchantes têtes dures. C’est du monde qui ne veulent rien savoir et qui s’en balancent carrément. Ils n’ont aucune conscience sociale [...] Ça fait mal à l’industrie. Éventuellement, ils vont faire payer tout le monde », a soufflé le maire. 

Le chef Pigeon a ajouté que quatre personnes devraient également recevoir des amendes pour non-port de masque dans un restaurant.

Ces gens auraient faussement invoqué des restrictions médicales pour justifier leur attitude. 

Ils ont dit: 

«Depuis 2-3 semaines, tout le monde vit comme s’il n’y avait plus de virus. Il y a un mois, on était encore prudents. On était sur nos gardes. Et là, on ne l’est plus. On pense que c’est terminé. On pense que c’était juste fait (le virus) pour Montréal. Ben non!» 

– Régis Labeaume, maire de Québec

«Je m’en remets à la responsabilité individuelle. Tout le monde doit faire sa part pour qu’on puisse s’en sortir le plus rapidement possible ensemble et passer cette mauvaise période.»

– Jean-François Gosselin, chef de Québec 21

«On parle de responsabilité individuelle. Non c’est une responsabilité collective. Porter le masque, ce n’est pas un acte de foi. C’est un acte de générosité et d’amour pour les autres. C’est faire en sorte que ceux qui nous côtoient soient protégés.»

– Jean Rousseau, conseiller municipal de Démocratie Québec

«Cinq bars sur 235 visites, c’est quand même peu, mais c’est quand même beaucoup trop parce qu’on s’annonçait à l’avance. Visiblement, il y avait de la danse sociale. Les gens consommaient debout, pas à leurs places, pas de distanciation, du personnel sans mesure de protection personnelle, etc.»

– Robert Pigeon, chef du SPVQ 

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com