/misc
Navigation

Étirer l’élastique

Coup d'oeil sur cet article

La semaine dernière, l’équipe de François Legault n’a pas digéré que le péquiste Pascal Bérubé laisse entendre que ses décisions étaient prises sur des considérations de popularité et non de santé publique. Les choix en demi-teinte annoncés hier laissent toutefois songeur.

Le gouvernement Legault donne l’impression de chercher des compromis avec ce qu’il avait prévu lui-même en concertation avec la Santé publique en cas de changement de niveau d’alerte pour les régions.

Pour les zones orange, les documents publiés la semaine dernière énoncent la fermeture des bars, des salles à manger de restaurant et des gyms, ainsi que le port du masque même assis dans les salles de spectacles et l’interdiction de sport parascolaire. Rien de tout ça n’a pourtant été annoncé hier par le ministre de la Santé.

Déjà, bien sûr, perdre des éléments de notre liberté regagnés après de longs sacrifices, ça fout les bleus.

Économiquement, les effets du reconfinement de plusieurs services seraient désastreux. 

  • ÉCOUTEZ la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec pour Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec, sur QUB Radio:   

Zone orange ou orange pâle

Mais on se demandait hier si les régions de Montréal, de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches sont considérées à un niveau d’alerte orange, ou orange pâle. Il y a des limitations, mais on laisse quand même les bars, par exemple, continuer à recevoir les clients. 

Comme si le gouvernement voulait donner un maximum de chance à l’industrie de survivre, et aux Québécois de ne pas perdre complètement le moral.

Les recommandations

Une source gouvernementale expliquait plus tard en soirée que les recommandations de la Santé publique sont suivies. Que c’est elle qui a jugé, en se basant sur la science et l’origine des cas de COVID observés ces dernières semaines, qu’il n’était pas nécessaire d’aller plus loin pour l’instant.

Il faudra observer la suite de très près, toutefois, pour éviter de se retrouver avec un choc encore plus brutal. Car la hausse des cas donne le vertige...