/news/politics
Navigation

Projet de tramway à Québec: un «test de crédibilité» pour le gouvernement Legault

Coup d'oeil sur cet article

Dénonçant la «valse-hésitation» envers le tramway de Québec, des groupes environnementalistes affirment que le gouvernement Legault joue sa crédibilité sur ce projet.

Le projet de tramway est un «test de crédibilité» pour la CAQ, ont clamé en chœur six groupes environnementaux lors d’une sortie commune lundi matin. «Comment les intentions du gouvernement sur la lutte aux changements climatiques peuvent être crédibles si sur le seul projet prêt à avancer, il semble hésiter?» a lancé Christian Savard, de Vivre en Ville.  

Avec lui, des représentants d’Alliance Transit, d’Équiterre, d’ENvironnement JEUnesse, de la Fondation David Suzuki, de Greenpeace Canada, du Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec et de Trajectoire Québec ont pressé le gouvernement de faire preuve de «leadership».

Colleen Thorpe, directrice générale d’Équiterre, a affirmé que la crédibilité des futures annonces en matière de transport collectif dépend de l’avancement du tramway de Québec. 

«Carcan financier»

M. Savard a indiqué que les investissements pour Québec dans ce projet de transport collectif représentent l’équivalent de ce que ceux du métro ont été pour Montréal. Il est pour lui illogique que le gouvernement s’entête à imposer au projet un carcan financier. «Ce carcan n’existe pas pour les projets routiers. C’est deux poids, deux mesures.» 

Martin Vaillancourt, du Regroupement des conseils régionaux de l’environnement a rappelé que c'est le projet de transport électrifié qui est le plus avancé. «On est prêt à passer en appel d’offres, la Ville de Québec est un promoteur efficace, le fédéral a confirmé les sommes, il manque le go final.» 

Les intervenants ont d’ailleurs interpellé personnellement le premier ministre, François Legault, pour qu’il appuie clairement le projet. «Quand le premier ministre se prononce, il y a un ralliement qui se fait. On lui demande d’écouter les acteurs qui se sont prononcés en faveur du projet», a ajouté Mme Thorpe. 

Troisième lien

Quant au projet de tunnel Québec-Lévis, même s’ils n'y sont pas favorables, les organismes estiment que l’arrimage que le gouvernement veut faire avec le projet de tramway ne justifie pas des délais importants puisqu’on parle d’«ajustements mineurs» pour les lier l’un à l’autre. 

En ce qui concerne la montée du télétravail, Christian Savard soutient que cette nouvelle réalité «remet beaucoup plus en question le troisième lien que le tramway, pour lequel la demande est déjà très forte». 

Labeaume d'accord

Appelé à réagir à cet appui pour le projet de son administration, le maire de Québec, Régis Labeaume, s'est dit totalement d'accord avec les environnementalistes.

«L’expression "test de crédibilité" est excellente. Je le répète, on est prêts. On a des consortiums qui nous attendent et j’espère qu’ils vont être patients», a-t-il commenté en marge d'une conférence de presse précédant le conseil municipal, lundi après-midi. Le maire a bien l'intention de surveiller de près les autres projets de transport collectif au Québec. 

«Si le projet de tramway de Québec ne décolle pas bientôt, je ne vois pas pourquoi il en décollerait d’autres ailleurs», avise-t-il. 

De son côté, la vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, a réitéré que son gouvernement attend le résultat des analyses commandées sur les modifications apportées au projet. «Ça s'en vient. Normalement, on devrait avoir le résultat de ces analyses-là bientôt et, par la suite, on sera en mesure de faire part de nos conclusions et des suites à donner.»

– Avec la collaboration de Jean-Luc Lavallée et de Patrick Bellerose

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.