/misc
Navigation

L’alarme, mais pas trop

Coup d'oeil sur cet article

Devant la hausse des cas de COVID-19, les représentants de la Santé publique sonnent l’alarme. Alors que Geneviève Guilbault appelle les citoyens à renverser la vapeur, Horacio Arruda déclare l’arrivée de la seconde vague.

Pourquoi est-ce que cette annonce vient du docteur Arruda plutôt que de la vice-première ministre? Le politique serait-il plus lent que ne le souhaite la Santé publique?

Du bout des lèvres

Au cours de la fin de semaine, les forces policières ont sillonné les bars du Québec. Dans 2206 établissements, seulement 90 constats ont été remis. 

Qu’est-ce que les autorités attendent pour sévir? Il y a maintenant plus de six mois que le Québec tente de prendre le dessus sur la pandémie. 

C’est bien beau les opérations de sensibilisation, mais n’est-il pas temps de passer aux choses sérieuses?

La vérité, c’est que pour plusieurs d’entre nous, le seul langage qui fonctionne, c’est celui du portefeuille. 

On peut bien répéter l’importance de diminuer les rassemblements et rappeler les consignes, mais si ceux qui transgressent les règles et mettent en péril la sécurité de tous ne veulent pas comprendre le message, la bataille contre la COVID-19 ne sera jamais gagnée.

Liberté, quelle liberté? 

Les défenseurs de la liberté, qui refusent de porter le masque et qui continuent d’organiser des partys de maison, sont les principaux responsables de l’augmentation des cas de COVID-19. Les consignes, ils s’en foutent.

Ça devrait pourtant être évident que chaque comportement à risque, sous prétexte de préserver la liberté individuelle, contribue à diminuer à long terme la liberté de toute la population. «J’ai l’doua!»

Celles et ceux qui croient toujours que la pandémie est une illusion, un mensonge, sont-ils vraiment prêts à subir le coup de nouvelles fermetures d’entreprises? Sont-ils prêts à voir leurs parents mourir dans des corridors d’urgences débordées?

La seule manière de retrouver la liberté définitivement, c’est d’accepter de la diminuer temporairement.