/news/society
Navigation

DPJ: hausse du nombre de signalements en Gaspésie et sur la Côte-Nord

Coup d'oeil sur cet article

Les autorités font état d’une augmentation des signalements en Gaspésie et sur la Côte-Nord, alors qu’au Bas-Saint-Laurent, le nombre a légèrement diminué. 

• À lire aussi: Signalements à la DPJ: la Capitale-Nationale demeure stable

• À lire aussi: 12% plus de signalements à la DPJ

Du 1er avril 2019 au 31 mars 2020, 118 316 signalements ont été enregistrés dans l’ensemble de la province, ce qui correspond à une hausse de 12%. En Gaspésie, c’est 2763 signalements qui ont été faits, une statistique en hausse de 8%.

La Côte-Nord aussi affiche une hausse de 15,1%, avec 4076 signalements.

Cependant, le Bas-Saint-Laurent enregistre une baisse de signalements de 1,9%, avec 2763.

Sur la Côte-Nord, 25,9% des signalements ont été retenus pendant cette période. Au Bas-Saint-Laurent, c’est 46,1% des signalements qui ont nécessité une intervention de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ). En Gaspésie, on remarque aussi une hausse de 26,3% des signalements retenus.

La négligence est encore cette année la raison numéro un pour laquelle les intervenants de la DPJ doivent intervenir auprès des enfants.

«Le fait que tant au national qu’au Bas-Saint-Laurent, ce soit encore pour des motifs de négligence et de risques de négligence que nous intervenons me préoccupe parce que là, on parle des conditions de vie de base des enfants et des familles», a indiqué Anne Duret, la directrice de la protection de la jeunesse du Bas-Saint-Laurent.

Une baisse drastique pendant le confinement

Lors du confinement, pendant les mois d’avril, de mai et de juin 2020, le nombre de signalements a chuté drastiquement, à raison de 20% pour l’ensemble du Québec.

En Gaspésie, on enregistrait une baisse de 41% des signalements. La Côte-Nord a aussi remarqué une baisse de 38% de ceux-ci. Par contre, au Bas-Saint-Laurent, on a plutôt noté une hausse de 1,2%.

Présentement, 112 signalements sont toujours en attente d’un traitement au Bas-Saint-Laurent, a fait savoir la DPJ dans son bilan annuel.