/news/politics
Navigation

Discours à la nation: Trudeau en appelle à la solidarité des Canadiens

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre Justin Trudeau a exhorté mercredi soir les Canadiens à redoubler leurs efforts pour limiter les dégâts de la pandémie dans un discours télévisé à la nation où il est revenu sur le discours du Trône présenté en après-midi par son gouvernement. 

• À lire aussi - Discours du Trône: le gouvernement Trudeau promet encore d'imposantes dépenses

• À lire aussi - Un discours du trône «décevant pour le Québec», affirme François Legault

«Le virus est en train de revenir en force dans plusieurs parties du pays. Dans nos quatre plus grandes provinces, la deuxième vague ne fait pas que commencer, elle est en cours», a-t-il martelé en invitant les citoyens à réduire leurs interactions sociales.

  • Écoutez le titulaire de la chaire en fiscalité de l'Université de Sherbrooke Luc Godbout avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

«Ce n’est pas le temps de faire des partys. Personne n’est invincible. Et vos proches ne le sont pas non plus», a-t-il ajouté en revenant sur l’importance du port du masque et de respecter les règles de distanciation physique.  

  • ÉCOUTEZ La rencontre Dutrizac-Dumont sur QUB radio:   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

M. Trudeau en a profité pour souligner les grandes priorités contenues dans le discours du Trône présenté par la gouverneure générale, Julie Payette, plus tôt mercredi, et qui fera l’objet d’un vote de confiance.

Il a notamment mentionné la promesse de prolonger la subvention salariale jusqu’à l’été prochain et la volonté de son gouvernement de passer en deuxième vitesse pour mettre en place un système d’assurance-médicaments universel.

M. Trudeau s’est par ailleurs défendu d’avoir l’intention de dépenser sans compter.

«Je sais que certains se demandent comment on peut se permettre de faire [tout ce que nous promettons] pour les Canadiens. C’est légitime. Les taux d’intérêt faibles signifient qu’on peut se le permettre. Et en fait, en faire moins finirait par coûter beaucoup plus.» 

  • ÉCOUTEZ la chronique de Caroline St-Hilaire à l’émission de Pierre Nantel sur QUB radio: