/news/politics
Navigation

Ne pas dépenser sans compter

Les Québécois se disent satisfaits de la gestion de la pandémie, mais sont soucieux de l’état des finances publiques

CANADA-POLITICS-GOVERNMENT-CHARITY-ETHICS-PANDEMIC-HEALTH
Photo AFP Justin Trudeau s’adressera directement aux Canadiens lors d’un discours à la nation ce soir à 18 h 30.

Coup d'oeil sur cet article

Justin Trudeau devra se faire à l’idée qu’il ne peut dépenser sans compter. ​

• À lire aussi: Justin Trudeau s'adressera à la nation

Soit, une forte majorité de Québécois se disent satisfaits de sa gestion de la pandémie. Mais ils sont aussi très nombreux à se soucier de la santé des finances publiques.

C’est en tout cas ce qu’indique un sondage produit par la firme de relation publique québécoise TACT, réalisé avec le panel en ligne Leger Opinion, dont Le Journal publie les résultats à l’aube du discours du trône.

Même les électeurs libéraux sont en majorité (53 %) « très » ou « plutôt » inquiets de l’état de nos finances. 

Le premier ministre promet des investissements ambitieux pour relancer l’économie et combattre la pandémie. Lire ici : coûteux. 

Il en sera question aujourd’hui dans le discours du trône, qui sera lu au Sénat par la gouverneure générale, Julie Payette.

Fait rare : Justin Trudeau s’adressera aussi directement à la population, en début de soirée, pour « souligner l’urgence de combattre la COVID-19 » et présenter un résumé de ses priorités automnales.

Responsable ?

Au-delà des dépenses urgentes pour faire face à la crise sanitaire, les libéraux promettent d’élargir le filet social. Reste à connaître l’envergure du chantier et à savoir comment ils en assumeront les coûts. 

Garderies subventionnées, régime d’assurance médicaments et/ou dentaire, revenu universel de base. Autant d’idées très dispendieuses qui circulent au sein des troupes libérales. 

On entend déjà M. Trudeau marteler, pour justifier ses nouvelles dépenses, que les Canadiens souhaitent avant tout « des investissements dans la classe moyenne », pas « des coupures ».

Le premier ministre n’aurait pas tout à fait tort.   

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Pierre Nantel avec Luc Fortin, vice-président chez TACT, sur QUB radio:   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Mais la population semble aussi croire qu’on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.  

Gouverner, c’est choisir. 

Le gouvernement Trudeau devra démontrer qu’il est à l’aise avec cette notion, car la preuve reste à faire. Même avant la COVID-19, le déficit fédéral était devenu structurel.

Courage

Les libéraux ont donc quelques mois devant eux pour jongler avec les chiffres et présenter un plan crédible qui respecte la capacité de payer des Canadiens. 

Une mise à jour économique détaillant des pans du discours du trône est attendue plus tard cette année.  

  • ÉCOUTEZ le commentaire de Richard Martineau sur le sujet à LCN et sur QUB radio:   

La nouvelle ministre des Finances, Chrystia Freeland, devra se montrer créative afin de trouver de nouvelles sources de revenus. 

Ottawa trouvera peut-être le courage de finalement respecter sa promesse de taxer les géants du web, comme il l’a promis.

Mme Freeland se dit responsable ET ambitieuse. Elle devra concilier les deux.

La priorité

Il n’en demeure pas moins qu’une saine gestion des finances publiques est LA priorité de nombreux Québécois, selon ce coup de sonde. 

Justin Trudeau serait sage d’en tenir compte. Ou, à tout le moins, de démontrer qu’il n’a pas complètement perdu le contrôle des dépenses.

La pandémie est dévastatrice pour notre économie. Mais elle ne peut justifier toutes les extravagances. Le scandale WE Charity en témoigne.

Les Québécois semblent l’avoir compris. 


Optimisme par rapport aux finances personnelles

Mes finances personnelles vont...        

  • Se détériorer: 15%        
  • S’améliorer: 16%       
  • Demeurer stables: 69%              

Niveau de préoccupation par l’état actuel des finances publiques  

  • Plutôt préoccupé: 35%        
  • Très préoccupé: 28%       
  • Un peu préoccupé: 25%        
  • Pas du tout préoccupé: 7%       
  • Je ne sais pas: 5%              

Date des prochaines élections  

  • Entre l’automne 2021 et 2022: 28,4%       
  • Pas avant octobre 2023: 27,8%       
  • D’ici le printemps: 25,9%       
  • Je ne sais pas: 17,9%               

Les priorités des Québécois envers le gouvernement fédéral   

  • Gestion des finances publiques (lutte au déficit): 53,7%       
  • L’environnement et la lutte aux changements climatiques: 22,7%       
  • Financement des logements sociaux: 14,1%       
  • Unité canadienne: 3,9%       
  • Conditions de vie des Premières Nations, des Métis et des Inuits: 2,2%       
  • Immigration: 2%       
  • Relations internationales: 1,5%               

MÉTHODOLOGIE

► Sondage web réalisé entre les 15 et 21 septembre 2020 auprès de 1057 répondants de 18 ans ou plus. 

► Ce sondage a été réalisé avec le panel en ligne Leger Opinion (LEO)