/sports/baseball/capitales
Navigation

La Ligue Frontier devient partenaire du baseball majeur

Le président des Capitales de Québec, Michel Laplante
Photo d'archives Stevens Leblanc Le président des Capitales de Québec, Michel Laplante

Coup d'oeil sur cet article

Un important partenariat entre la Ligue Frontier dans laquelle évoluent les Capitales de Québec et les Aigles de Trois-Rivières et les ligues majeures de baseball (MLB) risque de transformer le baseball indépendant au cours des prochaines années.  

La Ligue Frontier et l’American Association ont annoncé jeudi qu’elles devenaient des ligues partenaires à la MLB, se joignant à celle de l’Atlantic dont la nouvelle collaboration avait été dévoilée plus tôt cette semaine.

Les répercussions chez les Capitales et les Aigles de cette entente historique ne sont pas encore toutes connues, mais elle apportera une importante dose de crédibilité à plusieurs niveaux au baseball indépendant qui a souvent été perçu négativement, estime le président du club de Québec, Michel Laplante. Les Capitales et les Aigles devaient disputer une première saison en 2020 dans la Ligue Frontier, mais celle-ci a été annulée en raison de la pandémie. 

«C’est plus gros que je pensais, disons, en termes de perception, de stabilité et de possibilité d’agrandir des partenariats avec des compagnies pour augmenter notre visibilité», a-t-il dévoilé au bout du fil.

«La Ligue Frontier est très enthousiaste à devenir une ligue partenaire officielle du baseball majeur. Il s’agit ainsi d’une grande étape dans l’histoire de notre ligue. Cette nouvelle association nous permettra entre autres d’accroître l’expérience de nos partisans à travers nos marchés des États-Unis et du Canada», a déclaré par voie de communiqué le commissaire de la Ligue Frontier, Bill Lee. 

Changements à prévoir 

Cette annonce survient alors que le baseball majeur s’apprête à éliminer une quarantaine d’équipes de son vaste réseau de ligues mineures affiliées en vue de la saison 2021. Certains de ses clubs, dont plusieurs évoluent dans le nord-est américain, pourraient faire partie des nouveaux circuits partenaires dans l’avenir.

«J’en parlais avec Patrick Scalabrini [le gérant] et pour lui, ça change tout dans le recrutement, car on devient en quelque sorte un réseau agrandi du baseball majeur. Le joueur n’aura plus l’impression de sortir du baseball affilié.»

«Pourrait-on avoir à un moment un espoir des Red Sox de Boston qui plafonnent après deux saisons au niveau AA? On pense qu’il pourra y avoir des alliances entre organisations. On doit être 15 équipes en 2021 avec l’arrivée d’Ottawa, mais je suis certain qu’on sera pas mal plus que ça», a poursuivi le président des Capitales.

Selon le réputé magazine Baseball America, les ligues pourront recueillir des données analytiques de leurs joueurs grâce à la technologie du baseball majeur. Ces données seront ensuite mises à la disposition des équipes des majeures qui pourront ainsi mieux détecter les talents en provenance des circuits indépendants. Il faut aussi s’attendre à voir du marketing croisé entre les ligues partenaires. 

«On se battait pour être crédible depuis quelques années, mais c’était dur à cinq ou six équipes dont quelques-unes étaient menacées de partir [dans la Ligue Can-Am]. On a franchi une grosse étape l’an passé avec la Frontier, et même sans avoir joué, on a avancé pareil. C’est un petit baume», a souligné Laplante.