/news/coronavirus
Navigation

COVID-19: le maire Labeaume craint la zone rouge

Le maire de Québec, Régis Labeaume, estime que le « sentiment d’invincibilité » qui anime la ville de Québec « ne marche plus » et espère que le message lancé par les élus à la population permettra d’inverser la tendance.
Photo Stevens LeBlanc Le maire de Québec, Régis Labeaume, estime que le « sentiment d’invincibilité » qui anime la ville de Québec « ne marche plus » et espère que le message lancé par les élus à la population permettra d’inverser la tendance.

Coup d'oeil sur cet article

Avec les cas de COVID-19 qui se multiplient dans la capitale et qui battent des records, le maire de Québec est inquiet. « J’ai peur qu’on aille dans le rouge. »

• À lire aussi: Québec franchit la barre des 100 cas pour la première fois

• À lire aussi: Contacts sociaux: «Si on continue comme ça, on va rentrer dans le mur»

La région de Québec est à la frontière de la zone d’alerte rouge, selon les paliers décrétés par le gouvernement.

« Si on va dans le rouge, il va y avoir des mesures désagréables », a avisé Régis Labeaume, jeudi en marge d’une conférence de presse.

« On va recommencer à vivre peut-être pas ce qu’on a vécu avant avec le confinement, mais ça va être compliqué. »

Le maire a exprimé ces craintes alors que Québec enregistrait son plus grand nombre de cas positifs en une journée depuis le début de la pandémie, avec au-delà d’une centaine de nouvelles infections.

Frapper un mur

Il a indiqué qu’il était d’accord avec le ministre de la Santé, Christian Dubé, qui a affirmé que Québec risquait de frapper un mur et qu’elle devait se départir de son attitude de village gaulois, qui résiste à l’envahisseur.

« On était un peu ça il y a un mois. On avait un sentiment d’invincibilité. Mais là, ça ne marche plus. On n’est plus un village gaulois, c’est certain. »

Message à la population

M. Labeaume espère tout de même que le message lancé par tous les élus, municipaux, provinciaux et fédéraux, sera entendu et finira par permettre d’infléchir la tendance.

« Quand tout le monde hausse le ton, incluant le premier ministre, c’est 15 jours après qu’on voit le résultat. Si ce que nous avons tous dit ensemble peut avoir influencé la population, on va le savoir dans quelques jours. »

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com