/news/coronavirus
Navigation

Sport interscolaire: les matchs permis malgré un cas de COVID-19 dans l’école

Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge
PHOTO D'ARCHIVES, JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS Le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge

Coup d'oeil sur cet article

Revirement dans le monde du sport étudiant. Le sport interscolaire pourra se poursuivre même si un cas de COVID-19 est déclaré dans une école, a appris Le Journal. Selon nos informations, la controversée directive interdisant les matchs entre les établissements qui comptent au moins une personne déclarée positive au virus sera modifiée.

• À lire aussi: Sport interscolaire: Enrico Ciccone déplore la confusion

• À lire aussi: Sports scolaires: Isabelle Charest se réjouit de l’ouverture de la Santé publique

• À lire aussi: Pas d’amendes aux élèves qui ne respectent pas la distanciation

Sauf s’il y a éclosion

Puisque les éclosions dans les milieux scolaires sont limitées pour le moment, la Santé publique a donné le feu vert à une nouvelle mouture du règlement, selon une source bien au fait du dossier.

À moins qu’une éclosion soit constatée dans une école, les équipes pourront donc s’affronter.

En conférence de presse sur l’état de propagation de la COVID-19, jeudi, le Dr Horacio Arruda avait quelque peu vendu la mèche. « S’il y a un cas dans une école, puis qu’il n’y a pas de transmission active dans l’école, ce n’est pas indiqué de fermer les matchs interscolaires », a précisé le directeur national de santé publique.

Rappelons que cette règle avait forcé le report de plusieurs matchs et même l’annulation plus tôt cette semaine des saisons de soccer et de football scolaire des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches. Le Réseau du sport étudiant du Québec avait vivement critiqué cette orientation. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Incohérence dénoncée

Jeudi, c’était au tour du directeur général du Collège Charles-Lemoyne, sur la Rive-Sud de Montréal, David Bowles, de sortir publiquement pour dénoncer l’incohérence de cette mesure. Selon lui, la décision semblait émaner uniquement du ministre Jean-François Roberge, pas de la Santé publique. Les équipes sportives de son établissement avaient eu l’autorisation de la Direction de santé publique de la Montérégie de poursuivre les matchs avec les autres écoles, ce qui allait à l’encontre de la directive du ministère de l’Éducation.

« On va respecter ce qu’on nous demande. Ce qu’on apprécie moins, c’est quand le ministre de l’Éducation nous dit que ça vient de la Santé publique, alors que la Santé publique nous dit qu’ils nous donneraient la permission de le faire », avait fait valoir celui qui est également président de la Fédération des établissements d’enseignement privés.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com