/finance/news
Navigation

Une retraite difficile pour un couple en perte d’emploi chez le même employeur

AdobeStock_249038443 [Converti]
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Lucie et Sylvain travaillent pour le même employeur depuis 35 ans. Lorsque la COVID-19 a frappé en mars dernier, comme bien d’autres ils ont perdu leur emploi. Tous deux âgés de 70 ans, ils ont commencé à toucher leurs revenus de retraite, mais cela n’a pas suffi pour rembourser leurs dettes.

Le couple est loin d’être dépensier, mais leurs revenus n’étant pas très élevés, ils ont fait face aux dépenses imprévues en utilisant leurs cartes de crédit et leur marge de crédit, auxquelles s’est ajouté un prêt personnel. Au bout d’une quinzaine d’années, avec le taux d’intérêt élevé qui court sur les cartes de crédit, ils se sont retrouvés avec des dettes accumulées de 45 000 $.

Tant qu’ils avaient un emploi, ils réussissaient à effectuer chaque mois le paiement minimum. Mais une fois à la retraite, ils ont bien vite réalisé qu’ils ne parviendraient pas à rester à flot. Quand ils ont dû commencer à utiliser une carte de crédit pour rembourser le solde de l’autre, ils ont compris que leur situation financière approchait du point de non-retour.

Une décision radicale s’imposait pour redresser la barre, et ils sont allés consulter la firme de syndic autorisé en insolvabilité Raymond Chabot.

Des dettes insurmontables

Avec des revenus de retraite de 2997 $ en tout, et des dépenses mensuelles de 2775 $, le couple n’a qu’une toute petite marge de manœuvre. Au moindre imprévu, ils doivent à nouveau faire appel au crédit. 

« Se demander chaque mois s’ils vont réussir à faire leurs paiements génère beaucoup d’anxiété. Maintenant qu’ils sont à la retraite, ils souhaitent avoir la paix de l’esprit et pouvoir en profiter sans stresser », indique Maude Lefebvre, conseillère en redressement financier chez Raymond Chabot.

D’ailleurs, un petit calcul permet de réaliser qu’à ce rythme, ils ne verront jamais la fin de leurs dettes. 

Avec un solde de cartes de crédit de 15 000 $ à 19 % d’intérêt, s’ils n’effectuent qu’un paiement minimum mensuel de 3 % du montant dû, il leur faudra plus de 26 ans pour en venir à bout et il leur en coûtera plus de 16 500 $ en intérêt ! Or, ils ont aussi une marge de crédit de 16 000 $ et un prêt personnel de 14 000 $. 

Comment s’en sortir ?

Rembourser à tout prix

Mme Lefebvre explique que le couple voulait absolument éviter la faillite. 

« Même si cela constituait une option dans leur cas, c’était contraire à leurs valeurs et ils voulaient rembourser leurs créanciers le plus possible », dit-elle.

D’ailleurs, avant même d’aller consulter la firme de syndics, ils avaient déjà tenté d’obtenir un prêt de consolidation auprès de leur institution financière, qui leur a été refusé parce que leur taux d’endettement était trop élevé.

Dans leur cas, l’autre solution possible est la proposition de consommateur. 

« Nous avons proposé aux créanciers de rembourser 13 500 $ sur 60 mois, une offre qu’ils ont acceptée », précise la conseillère. Cela représente un montant de 225 $ par mois, ce qui respecte leur budget et sera plus facile à gérer.

Lucie et Sylvain peuvent d’ores et déjà pousser un soupir de soulagement, sachant que dans cinq ans, ils seront libérés de la totalité de leurs dettes. Toutefois, leur cote de crédit sera entachée durant toute la période couverte par la proposition de consommateur et jusqu’à trois ans après la fin de celle-ci. Une situation qui n’a que peu d’impact sur eux, puisqu’ils ont bien l’intention de ne pas faire appel au crédit ni de s’endetter à nouveau.

Situation financière

Actif :

  • Voiture en location
  • Roulotte de 27 pieds, 1995 : 1500 $
  • REER : 16 500 $

Dettes :

  • Cartes de crédit : 15 000 $
  • Marge de crédit : 16 000 $
  • Prêt personnel : 14 000 $

TOTAL DES DETTES : 45 000 $

Revenus mensuels :

  • Fonds de pension de l’ancien employeur (Sylvain) : 900 $
  • Revenus de retraite de Sylvain (RRQ + PSV) : 861 $
  • Revenus de retraite de Lucie (RRQ + PSV) : 1236 $

TOTAL DES REVENUS : 2997 $

Dépenses mensuelles :

2775 $ (incluant loyer, électricité, téléphone, épicerie, location voiture et essence, assurances, médicaments, etc.)