/opinion/columnists
Navigation

Défendre l’indéfendable (2)

Coup d'oeil sur cet article

Dans mon texte de la semaine dernière, j’ai dénoncé le fait que le film Mignonnes hypersexualise quatre petites filles au grand bonheur des pédophiles.

On aurait pu espérer que cette sulfureuse production soit un cas isolé, une malheureuse erreur de jugement d’une cinéaste en mal d’attention. Or, il ne s’agit que de la pointe de l’iceberg, de la version grand public d’un effort de banalisation, voire d’acceptation, de la pédophilie.

Accepter

Cet effort s’observe sur plusieurs fronts.

Au niveau académique : Que ce soit dans des universités américaines ou lors de conférences TED, on enseigne que la pédophilie n’est qu’une orientation sexuelle comme les autres, et que la société devrait « alléger » les souffrances des pédophiles en les acceptant. 

Au niveau légal : La Californie vient d’adopter la loi SB-145 qui donne le droit à un juge de ne pas inscrire un pédophile dans le registre des délinquants sexuels si la différence d’âge entre l’adulte et le mineur est de 10 ans ou moins. 

Au niveau social : On note l’existence d’associations comme Nambla (association nord-américaine pour l’amour entre les hommes et les garçons) ou encore la communauté #MAP (personne attirée par les mineurs), qui permettent à des pédophiles revendiqués d’échanger. Des efforts sont également déployés pour se greffer au groupe LGBTQ+. 

Si Epstein était encore vivant, il serait mort de rire !

Limite

Sommes-nous en train de glisser vers l’acceptation de la pédophilie ? Allons-nous accepter la dégénérescence de la société au nom d’un soi-disant « progrès » ? Et pourquoi n’y a-t-il pas un mouvement #MoiAussi pour dénoncer cette mouvance ? 

On peut comprendre et accepter beaucoup de choses. Mais respecter les enfants n’est pas une construction sociale. Et le relativisme moral doit avoir des limites. La santé et la sécurité des enfants doivent être la limite ultime, infranchissable, voire carrément sacrée. Car banaliser la pédophilie aujourd’hui, c’est la légaliser demain.