/news/coronavirus
Navigation

Aucune amende pour les délinquants de l’isolement

Coup d'oeil sur cet article

La Santé publique de Québec a ouvert une enquête, début septembre, sur des fêtards qui auraient fréquenté des bars tout en se sachant infectés. Ces irresponsables qui mettent à risque la santé des autres s’exposent à des amendes de 1000 $ à 6000 $.

• À lire aussi: La maison qui rend fou

Lorsqu’on s’intéresse aux interventions auprès des individus qui ne respectent pas leur confinement, force est de constater que le chien de garde n’a pas les dents très longues. Depuis le début de la pandémie, les directions régionales de santé publique ont demandé l’intervention des policiers à au moins 30 reprises, mais aucune de ces interventions ne s’est traduite par l’imposition d’une amende.  

Abitibi-Témiscamingue  

Aucune intervention policière n’a été demandée par la Santé publique.  

Outaouais  

Aucune intervention policière n’a été demandée par la Santé publique.  

Laval  

Deux interventions policières ont été demandées par la Santé publique pendant la première vague de la pandémie.  

Montréal  

La Direction régionale de santé publique (DRSP) de Montréal confirme que l’intervention des policiers a été demandée à moins de 10 reprises, sans être capable de donner un chiffre exact.  

Montérégie  

Une intervention policière a été demandée par la Santé publique et la personne a bien collaboré. 

Estrie 

Aucune intervention policière n’a été demandée par la Santé publique.  

Chaudière-Appalaches  

Une intervention policière a été demandée par la Santé publique et la personne a bien collaboré.   

Capitale-Nationale  

Cinq interventions policières ont été demandées par la Santé publique. Deux d’entre elles ont été faites à la suite de l’éclosion au Bar Kirouac.  

Bas-Saint-Laurent  

Aucune intervention policière n’a été demandée par la Santé publique.   

Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine  

Quatre interventions policières ont été demandées par la Santé publique. Deux personnes ne se sont pas conformées aux ordres d’isolement et elles se sont retrouvées devant les tribunaux, confirme la Direction régionale.  

Côte-Nord  

Aucune intervention policière n’a été demandée par la Santé publique.  

Mauricie et Centre-du-Québec  

Deux interventions policières ont été demandées par la Santé publique. Une troisième ordonnance a été rédigée, mais n’a finalement pas eu à être appliquée par les policiers.   

Saguenay-Lac-Saint-Jean  

Une intervention policière a été demandée par la Santé publique.  

Lanaudière  

Douze interventions policières ont été demandées par la Santé publique.  

Laurentides  

Deux interventions policières ont été demandées par la Santé publique.  

Ce que prévoit la loi   

  • Lorsqu’une personne reçoit un résultat de test positif de la COVID-19, elle doit s’isoler à la maison pendant au moins 10 jours.   
  • Si la personne ne se conforme pas à ces directives, la direction régionale de santé publique peut émettre une ordonnance qui oblige la personne à respecter son isolement.  
  • Les services de police, mandatés par la Santé publique, sont alors chargés d’intervenir auprès de la personne visée par l’ordonnance pour exiger qu’elle respecte son isolement. Ils peuvent aussi prendre tout moyen raisonnable pour localiser la personne afin de lui ordonner de rester confinée et la conduire dans un établissement de santé et de services sociaux si elle ne collabore pas.  
  • Si la personne ne respecte pas l’ordonnance délivrée, la loi prévoit que des amendes allant de 1000 $ à 6000 $ peuvent être imposées. En cas de récidive, l’amende pourrait être doublée.