/sports/football
Navigation

Drew Brees n’a pas dit son dernier mot

Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.
Photo AFP Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.

Coup d'oeil sur cet article

Toute la semaine, des cris se sont élevés voulant que Drew Brees, visage emblématique des Saints depuis 2006, vit actuellement son déclin devant nos yeux. À 41 ans, le quart-arrière commence à frapper l’inévitable mur du temps, mais de là à insinuer après deux matchs que sa saison et celle des Saints n’est qu’une cause perdue, il y a un pas à ne pas franchir.

Force est d’admettre, peu importe le respect universel qui est voué à Brees pour l’ensemble de sa carrière, que son début de saison n’est pas convaincant.   

  • Écoutez le balado La Zone payante, ci-dessous:   

Le vétéran a complété 64,7% de ses passes. Sur une saison complète, il s’agirait de son taux de réussite le moins élevé depuis 2012. 

Ce qui fait réagir, c’est que Brees semble réticent à attaquer les zones intermédiaires et profondes. Selon ESPN Stats & Info, ses passes ne voyagent que 4,82 verges en moyenne dans les airs. Il s’agit de sa plus basse moyenne à cet effet après deux matchs depuis qu’il s’est joint aux Saints il y a 14 ans.

Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.
Photo AFP

Dans la défaite de lundi soir face aux Raiders, Brees n’a complété que cinq de ses neuf passes de 10 verges ou plus et il a raté son unique tentative au-delà de 20 verges. Pas moins de 60% de ses 312 verges ont été gagnées par ses receveurs après l’attrapée.

PAS SON STYLE

Il est donc vrai que les chiffres, analysés froidement, n’ont rien de rassurant. Toutefois, Brees base davantage son style d’attaque sur sa précision chirurgicale et sa compréhension avancée du jeu que sur sa prise de risque. 

Déjà la saison dernière, sa moyenne par passe tentée n’était que de 6,9 verges, soit sa plus basse depuis ses années en début de carrière avec les Chargers. 

Personne n’en a fait un plat parce que les Saints ont connu une superbe saison. En comparaison, la défaite surprise face aux Raiders sous les projecteurs du lundi soir n’a probablement fait qu’amplifier les perceptions. 

Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.
Photo AFP

Non, Brees n’a pas été agressif, mais il y a déjà plusieurs années que cette approche ne fait pas partie de son ADN et il ne s’est pas retrouvé sous la loupe pour autant.

L’absence de son receveur étoile Michael Thomas ne l’aide pas non plus. Thomas n’est pas une menace verticale, mais son unique présence force les défensives adverses à lui consacrer une attention énorme, ce qui libère d’autres couloirs. 

SOUVENT DES FAUX DÉPARTS

Les Saints ont donc débuté la saison avec une fiche d’une victoire et une défaite. Il y a deux semaines à peine, quand ils ont triomphé des Buccaneers, plusieurs parlaient d’eux comme étant l’équipe la plus complète de la NFL. C’est dire à quel point un seul revers peut changer l’évaluation!

Pourtant, lors des trois dernières saisons, les Saints ont encaissé chaque fois au moins une défaite dans leurs deux premiers matchs. Même qu’ils n’ont pas été 2-0 depuis 2013.

Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.
Photo AFP

Brees ne rajeunit pas et il est normal que les amateurs et médias aient la gâchette plus rapide dans son cas. 

Inutile de s’enfoncer la tête dans le sable et de prétendre que le bras de Brees n’a rien perdu de son mordant. En fait, cette tendance s’observe depuis la deuxième moitié de la saison 2018. Sauf que Brees a toujours trouvé le moyen de compenser cette faiblesse par son intelligence et les plans de matchs infaillibles de Sean Payton. 

Non, les Saints ne doivent pas s’en remettre à Taysom Hill. Ce dernier est un athlète impressionnant, un joueur intrigant, mais il n’a pas forcément l’étoffe d’un quart régulier. Quant à Jameis Winston, c’est le même joueur qui a lancé 88 interceptions en 72 matchs en carrière.

Les Saints vont vivre ou mourir avec Brees, mais l’idée de magasiner son cercueil après un échantillon si peu révélateur de football en septembre paraît prématurée.

PRÉDICTIONS DE LA SEMAINE 3  

JEUDI

MON CHOIX  

  • Miami à Jacksonville JAGUARS   

DIMANCHE

MES CHOIX  

  • Houston à Pittsburgh (13h) STEELERS  
  • Cincinnati à Philadelphie (13h) EAGLES  
  • San Francisco à NY Giants (13h) 49ERS  
  • Las Vegas en Nouvelle-Angleterre (13h) PATRIOTS  
  • Tennessee au Minnesota (13h) TITANS  
  • Washington à Cleveland (13h) BROWNS  
  • LA Rams à Buffalo (13h) BILLS  
  • Chicago à Atlanta (13h) FALCONS  
  • Caroline à LA Chargers (16h05) CHARGERS  
  • NY Jets à Indianapolis (16h05) COLTS  
  • Dallas à Seattle (16h25) SEAHAWKS  
  • Tampa Bay à Denver (16h25) BUCCANEERS  
  • Detroit en Arizona (16h25) CARDINALS  
  • Green Bay à La Nouvelle-Orléans (20h20) SAINTS   

LUNDI 

MON CHOIX  

  • Kansas City à Baltimore (20 h 15) RAVENS   

RÉSULTATS DE LA SEMAINE DERNIÈRE : 14 en 16 (87,5%)

TOTAL CETTE SAISON : 25 en 32 (78,1%)

LES CHOIX DU JOURNAL  

Texans de Houston (0-2) vs Steelers de Pittsburgh (2-0)

LA PRESSION SUR WATSON

Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.
Photo AFP

Jusqu’ici cette saison, les Texans ont mis de la pression sur leur quart-arrière dans 57% de leurs jeux de passe. C’est un sommet dans la NFL et Deshaun Watson pourrait vivre encore pire face au front redoutable des Steelers. Les concepteurs du calendrier ne ressentent aucun amour pour les Texans avec un troisième duel ardu de suite pour débuter la saison. Chez les Steelers, Ben Roethlisberger a le loisir d’utiliser de plus en plus de receveurs explosifs.    

  • Steelers par 6   

Bengals de Cincinnati (0-2) vs Eagles de Philadelphie (0-2) 

UNE CHANCE DE REBONDIR

Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.
Photo AFP

Pour les Eagles, c’est l’occasion rêvée de s’extirper du trou face à un club dont la défensive se cherche. Question d’enlever la pression sur un Carson Wentz en régression, il faut relancer le jeu au sol. Les Eagles sont en effet 29e dans cette facette et leurs porteurs n’ont couru que 40 fois en deux matchs. Les Bengals viennent justement de se faire exploser par la course face aux Browns et concèdent 185 verges au sol par match. Joe Burrow tiendra les Bengals dans le coup, mais la défensive s’effondrera.    

  • Eagles par 4   

49ers de San Francisco (1-1) vs Giants de New York (0-2)

DEUX CLUBS MALMENÉS

Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.
Photo AFP

Les blessures sont au cœur de ce duel. Les Giants viennent de perdre deux de leurs plus grosses munitions en Saquon Barkley et Sterling Shepard. Même avec Devonta Freeman, signé en urgence pour remplacer Barkley dans le champ-arrière, les points se feront rares. Sauf que les Niners seront privés de leur quart-arrière, de leurs deux premiers porteurs et de joueurs clés en défensive, dont Nick Bosa et Richard Sherman. Normalement, ce serait une victoire une main dans le dos. Là, ça se corse...    

  • 49ers par 1   

Raiders de Las Vegas (2-0) vs Patriots de la Nouvelle-Angleterre (1-1)

DE NOUVEAUX RAIDERS

Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.
Photo AFP

Les Raiders ont franchi un pas important en triomphant des Saints, eux qui peinent souvent face aux sérieux prétendants. Il leur faut répéter la chose face aux Patriots. En carrière contre eux, le quart-arrière Derek Carr a cependant mal paru à ses deux essais. Bill Belichick aura certainement concocté un plan de match visant à éliminer les passes courtes de Carr. L’attaque des Raiders pourrait aussi manquer de punch. Henry Ruggs ne jouera pas. Darren Waller et Josh Jacobs sont des cas incertains. Patriots par 7   

  • Patriots par 7   

Titans du Tennessee (2-0) vs Vikings du Minnesota (0-2)

DUEL AU SOL

Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.
Photo AFP

Il faut s’attendre à ce que les deux attaques terrestres soient en vedette. Il y a bien sûr Derrick Henry chez les Titans, qui porte amplement le ballon, mais dont la moyenne par portée (3,6 verges) laisse à désirer cette saison. Les Titans viennent de concéder 165 verges au sol aux Jaguars. Pour les Vikings, Dalvin Cook semble tenu en laisse avec seulement 26 courses en deux matchs. Cette fois, il aura un grand rôle, mais le roi Henry conservera son trône dans ce duel de porteurs.    

  • Titans par 3   

Équipe de Washington (1-1) vs Browns de Cleveland (1-1)

UN TANDEM SOLIDE

Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.
Photo AFP

Deux éléments méditent en faveur des Browns dans ce duel. D’une part, ils bénéficient du meilleur duo de porteurs dans la NFL avec Nick Chubb et Kareem Hunt. Washington vient justement de se faire manger au sol par les Cardinals. D’autre part, le quart de l’équipe de Washington, Dwayne Haskins, est mal protégé et Myles Garrett lui tournera autour. En établissant leur jeu au sol, les Bruns rendront Baker Mayfield confortable en situations de feintes de remises.    

  • Browns par 4   

Rams de Los Angeles (2-0) vs Bills de Buffalo (2-0)

DIFFICILE D’Y VOIR CLAIR

Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.
Photo AFP

Voilà deux clubs qui connaissent un excellent départ, mais qui n’ont pas battu des équipes convaincantes. Le quart des Bills, Josh Allen, joue avec une assurance et une constance qu’on ne lui a pas vues à ce jour, mais jouer contre les Dolphins et les Jets amène une inflation inévitable dans les statistiques. Jalen Ramsey devrait éliminer Stefon Diggs de l’équation, mais Allen a d’autres armes et les Bills courent bien. C’est un duel baromètre pour les deux clubs.    

  • Bills par 3   

Bears de Chicago (2-0) vs Falcons d’Atlanta (0-2)

LE RÉVEIL DES FALCONS?

Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.
Photo AFP

Les Falcons ont vécu un improbable désastre, dimanche dernier, et doivent vite l’oublier. Leur attaque aérienne est toujours redoutable, malgré les insuccès de l’équipe, mais les Bears se défendent bien contre la passe. Ces derniers vivent cependant avec le même bon vieux nuage au-dessus de leur tête: quel Mitchell Trubisky se présentera pour eux à l’attaque? Les Falcons ne sauveront peut-être pas leur saison, mas le choc de la semaine dernière doit sonner le réveil, même s’il est temporaire.    

  • Falcons par 5   

Panthers de la Caroline (0-2) vs Chargers de Los Angeles (1-1)

HERBERT ENCORE EN POSTE

Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.
Photo AFP

À la suite de la bévue médicale spectaculaire des Chargers à l’endroit du quart partant Tyrod Taylor, c’est la recrue Justin Herbert qui obtiendra le départ pour un deuxième match de suite. Cela n’a rien d’une mauvaise nouvelle puisque Herbert amène une mentalité plus agressive. Les Panthers ont l’avantage de pouvoir analyser ses tendances de la semaine dernière via la vidéo, ce que les Chiefs n’avaient pu faire. Mais la défensive des Panthers n’est pas équipée pour faire mal paraître le jeune. 

Chargers par 6


Jets de New York (0-2) vs Colts d’Indianapolis (1-1)

CAUSE PERDUE

Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.
Photo AFP

Comme si les Jets ne pouvaient pas aller plus bas, voilà que les deux premiers receveurs sont hors de combat. C’est donc dire que Sam Darnold lancera le ballon à notamment Braxton Berrios et Josh Malone. Si votre réflexe est de «Googler» ces noms, c’est normal... Difficile de ne pas sympathiser avec Darnold, qui se débat dans une situation insoutenable. La défensive des Colts ne donne que 208 verges par match, la meilleure performance dans la ligue à ce chapitre.     

  • Colts par 17   

Cowboys de Dallas (1-1) vs Seahawks de Seattle (2-0)

WILSON EN FEU!

Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.
Photo AFP

Russell Wilson donne une véritable clinique de quart-arrière cette saison. Ce n’est pas une coïncidence, car les Seahawks lui ont enfin remis les clés de l’attaque sans se baser sur le jeu au sol à tout prix. Pour les Cowboys, la meilleure façon de laisser Wilson loin du terrain est d’attaquer avec Ezekiel Elliott, mais pour ce faire, la ligne offensive doit être plus en santé. Les Seahawks ne concèdent que 69,5 verges contre la course, mais ils affrontent un vrai bon porteur. Ce duel s’annonce corsé.    

  • Seahawks par 1   

Buccaneers de Tampa Bay (1-1) vs Broncos de Denver (0-2)

UN VIEUX DÉMON

Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.
Photo AFP

Durant sa longue carrière, Tom Brady a souvent éprouvé des difficultés face aux Broncos avec une modeste fiche de 7-6 en saison régulière. C’est toutefois une autre époque et les Broncos sont privés de nombreux bons éléments. Au poste de quart, ils sont contraints d’attaquer avec Jeff Driskel, un réserviste de qualité, mais dans un rôle difficile pour lui. La défensive des Bucs applique la pression et est devenue l’une des meilleures, sinon la meilleure, contre le jeu au sol.    

  • Buccaneers par 8   

Lions de Detroit (0-2) vs Cardinals de l’Arizona (2-0)

UNE AUTRE REMONTÉE?

Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.
Photo AFP

Les Lions ont perdu une avance d’au moins 10 points à leurs quatre derniers matchs. D’ailleurs, la saison dernière avait débuté avec un duel face aux Cards qu’ils menaient 24-9 au quatrième quart, avant de se faire remonter et de faire match nul. Comment cette défensive, qui vient de donner 259 verges au sol aux Packers, tiendra le coup contre les Cards et le mobile Kyler Murray? Certains prétendent que les Lions n’ont pas de défensive depuis deux matchs. Je dirais plutôt depuis deux décennies.    

  • Cardinals par 10   

Packers de Green Bay (2-0) vs Saints de La Nouvelle-Orléans (1-1)

UN VRAI TEST

Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.
Photo AFP

Les Packers paraissent formidables en ce début de saison, mais un seul bémol: ils ont orchestré leurs feux d’artifice face aux Vikings et Lions, deux clubs qui en arrachent en défensive. Les Saints ont mal paru défensivement lundi soir face aux Raiders, mais sont capables de nettement mieux. À l’attaque, il ne faudrait pas s’étonner d’une imposante dose de Latavius Murray et Alvin Kamara, pour palier l’absence du receveur Michael Thomas et contrôler le temps de possession.    

  • Saints par 2   

Chiefs de Kansas City (2-0) vs Ravens de Baltimore (2-0)

UN SUBLIME LUNDI SOIR

Drew Brees présente des statistiques modestes après deux semaines en comparaison de ses standards habituels, lui qui a récolté 472 verges avec trois passes de touchés et une interception.
Photo AFP

Lundi soir, Chiefs et Ravens. Qui dit mieux? Depuis que Lamar Jackson est le quart-arrière des Ravens, l’équipe n’est pas parvenue à vaincre les Chiefs en deux occasions. La défensive est toutefois différente avec des ajouts d’importance comme Marcus Peters, Calais Campbell, Patrick Queen et Derek Wolfe, sans parler de l’émergence du demi de coin Marlon Humphrey. Ils ont les atouts pour limiter (sans la freiner complètement), l’attaque des Chiefs. En séries, ce serait Mahomes et les Chiefs. Pas pour l’instant...    

  • Ravens par 6