/news/coronavirus
Navigation

Bals annulés pour une 2e fois: une nouvelle déception pour des finissants

Plusieurs bals annulés ou reportés pour une deuxième fois dans la province

Magalie Trudel
Photo courtoisie Magalie Trudel, finissante à l’école secondaire Neuchâtel à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Deuxième coup dur pour des finissants qui ont terminé leur cinquième secondaire en pleine pandémie: plusieurs bals de finissants, qui avaient été reportés à cet automne, n’auront finalement pas lieu.

Aux quatre coins du Québec, des finissants ont appris au cours des derniers jours que l’événement tant espéré devait encore une fois être annulé ou reporté, en raison du nombre de cas de COVID-19 qui augmente dans la province.

Au centre de services scolaire de la Capitale, on indique que les bals de finissants prévus cet automne n’auront pas lieu, dans la grande majorité des écoles secondaires. 

Le son de cloche est le même dans plusieurs écoles de Montréal, de la Montérégie ou du Bas-Saint-Laurent, tant au public qu’au privé.

 «On garde espoir, mais c’est très douloureux de ne pas pouvoir avoir un bal normal, comme nos parents ou les finissants avant nous», lance Magalie Trudel, finissante à l’école secondaire Neuchâtel à Québec, dont le bal a été reporté en mai 2021.

À d’autres endroits, l’événement reporté cet automne a tout simplement été annulé, comme à l’école secondaire Soulanges à Saint-Polycarpe, en Montérégie. 

«Déception immense»

Pour Camille Bourque, l’une de ses finissantes, ce fut «une déception immense».

Camille Bourque, finissante à l’école Soulanges à Saint-Polycarpe en Montérégie.
Photo courtoisie
Camille Bourque, finissante à l’école Soulanges à Saint-Polycarpe en Montérégie.

La jeune fille n’a pas eu un parcours facile au secondaire et a pensé lâcher l’école, mais elle a tenu bon, motivée par la tenue de ce bal de finissants qu’elle attendait depuis longtemps.

«Après cinq ans d’efforts, ils m’ont enlevé la seule chose qui me tenait vraiment à cœur à l’école», dit-elle.

À l’école secondaire de Rochebelle, à Québec, le bal prévu à la fin octobre sera vraisemblablement reporté encore une fois. 

Plusieurs finissants sont déçus et déplorent que rien n’ait été organisé en juin pour souligner leur départ, comme ce fut le cas dans plusieurs autres écoles.

«Même pas un petit courriel n’a été envoyé», déplore Émilia Grigorova.

À l’Externat Saint-Jean-Eudes, il a aussi été décidé après un sondage de reporter le bal lorsque les mesures sanitaires seront moins contraignantes.

«Je ne suis pas si déçue, parce que si on avait fait ça le 10 octobre, ça n’aurait pas été un vrai bal. On aurait été deux par table, on n’aurait pas pu danser et il aurait fallu porter le masque», affirme Ymilie Boucher.

Ymilie Boucher et Laurence Daigle, finissantes à l’Externat Saint-Jean-Eudes à Québec.
Photo courtoisie
Ymilie Boucher et Laurence Daigle, finissantes à l’Externat Saint-Jean-Eudes à Québec.

Retrouvailles plutôt qu’un bal

Cette finissante se questionne néanmoins sur la pertinence de reporter l’événement à nouveau. 

«Ça ne sert pas à grand-chose de faire le bal dans un an, cette phase de notre vie va être terminée», lance-t-elle.

Même son de cloche de la part de Mhia Sosa, finissante au Séminaire Saint-François, situé près de Québec. «Si ça continue, ça va être des retrouvailles plutôt qu’un bal de finissants», laisse-t-elle tomber.