/entertainment/comedy
Navigation

Festival avec distanciation

Laurent Paquin vivra un 17e gala JPR très différent

Laurent Paquin en répétition à distance avec Korine Côté.
Laurent Paquin en répétition à distance avec Korine Côté.

Coup d'oeil sur cet article

À l’animation d’un gala Juste pour rire pour une 17e année de suite, cette fois-ci avec Korine Côté, Laurent Paquin vivra une « soirée carte blanche » en pleine pandémie, mardi soir, au Théâtre St-Denis. « Ce ne sont pas les conditions idéales, mais on essaie de trouver son plaisir », dit-il.

Attrapé au bout du fil entre deux répétitions, Laurent Paquin en était à mettre la touche finale aux deux galas qu’il coanimera mardi soir. Ces derniers jours, Korine Côté et lui sont allés roder leurs numéros dans quelques petites salles près de Montréal.

Les deux humoristes doivent bien sûr se plier aux différentes mesures sanitaires mises en place pour assurer la sécurité en temps de COVID. 

« Coanimer avec de la distanciation, c’est spécial, dit Laurent. Je suis un gars bien chaleureux qui aime faire des câlins et donner des poignées de main. Je suis obligé de me faire violence ! »

La nostalgie du St-Denis

Dans leur animation, les deux humoristes feront allusion à la pandémie, mais sans s’étaler davantage. « Ce n’est pas un sujet dont je raffole, mentionne Laurent. J’ai aussi pris pour acquis que trop de monde allait parler de ça et que ce serait dur d’être original. »

C’est Laurent lui-même qui a suggéré Korine Côté comme coanimatrice pour ses soirées carte blanche. « C’est le premier nom que j’ai sorti. Korine est une de mes humoristes préférées au monde. Je la trouve extrêmement intelligente et punchée. »

Depuis presque dix ans, le festival Juste pour rire présentait ses galas à la salle Wilfrid-Pelletier, de la Place des Arts. Mais puisque le théâtre de 3000 places est présentement occupé par l’Espace YOOP [la plateforme virtuelle de spectacles], le festival retournera à l’endroit où il s’est tenu durant plus de 25 ans : le Théâtre St-Denis.

« Je suis content, car je préférais le St-Denis à la Place des Arts, admet Laurent. C’est une coche plus chaleureux. Mais c’est peut-être juste de la nostalgie mal placée ! J’ai commencé au St-Denis. Mes premiers galas étaient là. Je me rappelle de la fébrilité en coulisses. »

Foule clairsemée

Les deux spectacles de mardi seront toutefois fort différents de ceux du passé puisque seules 250 personnes pourront y assister. À quoi Laurent s’attend-il comme ambiance ?

« On est dans le déni présentement ! répond-il. On ne pense pas trop à ça. On est tous curieux de voir comment ça va se faire. J’ai hâte de voir comment ça sonne, un St-Denis où il n’y a que 250 personnes. Je pense que ça me stresse plus que mon numéro comme tel ! (Rires) »

En 17 ans à la barre d’un gala, ou d’une soirée carte blanche, Laurent Paquin aura vécu un scandale sexuel [avec l’affaire Gilbert Rozon] et une pandémie. Mais l’humoriste est toujours fidèle au poste.

« Je suis comme le chêne qui résiste aux intempéries. (Rires) Pour les prochaines années, j’aimerais ça revenir en faire dans des contextes plus normaux. J’aimerais ça en faire dans un contexte où l’on vit dans un Québec qui va bien. Il me semble que ce serait le fun ! »


Le festival Juste pour rire se déroulera à partir de mardi jusqu’au 10 octobre. Les Soirées carte blanche seront diffusées cet hiver sur les ondes de Noovo. Pour les détails : hahaha.com.