/opinion/columnists
Navigation

Radin avec les anges gardiens

Coup d'oeil sur cet article

Occultée par l’actualité en temps de pandémie, la grève des responsables de service de garde en milieu familial (RSG) cause des maux de tête aux parents.

Ça achoppe sur la question salariale. Les RSG affirment gagner moins que le salaire minimum, soit autour de 12,42 $ de l’heure selon le calcul d’un fiscaliste de l’UQTR. L’offre du gouvernement bonifierait ce salaire à 12,83 $. 

Des exemptions ? 

Le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, conteste ce chiffre, affirmant que les éducatrices qui gardent des enfants à la maison gagnent autour de 50 000 $ par année et qu’elles ont droit à différentes exemptions fiscales.

Justement. Avoir la charge d’enfants à la maison, ça entraîne des frais, dont la préparation d’un repas et de deux collations par jour, l’achat de matériel éducatif, à quoi s’ajoutent les journées qui s’étirent pour la désinfection en temps de pandémie. Une aubaine pour le gouvernement : ça coûte plus cher en CPE.

De toute façon, une exemption portée au revenu imposable, par définition, ça reflète de l’argent qui est sorti de nos poches en travaillant.

Le plus précieux 

Le ton du ministre est déplorable. Mathieu Lacombe affirme que c’est le choix de ces femmes de travailler de la maison, ce qui doit se refléter sur leur revenu, semble-t-il.

On va avoir un problème tantôt. Est-ce que la prestation de tous les Québécois en télétravail depuis mars a perdu de la valeur ? Il faudra en fait bientôt réfléchir à la manière dont les employeurs dédommagent leurs employés pour leurs dépenses de bureau à la maison.

Ce que les RSG demandent, c’est qu’on reconnaisse ces coûts qu’elles absorbent elles-mêmes depuis des années. Elles ont continué de travailler et de s’exposer à la maladie pour que les parents des enfants dont elles ont la charge puissent continuer d’aller soigner du monde et faire tourner la machine. 

Peut-on maintenant reconnaître le travail de ces femmes qui sont elles aussi des anges gardiens ? Après tout, elles prennent soin de ce que nous avons de plus précieux.