/news/coronavirus
Navigation

COVID-19 et gestion du message: le pari risqué du gouvernement Legault

La journée permettra de clarifier le passage à la zone rouge, mais le gouvernement ne peut se permettre un point de presse raté à 17h30 croit un expert

Le premier ministre du Québec, François Legault, suivi du ministre de la Santé, Christian Dubé
Photo Stevens Leblanc Le premier ministre du Québec, François Legault, suivi du ministre de la Santé, Christian Dubé

Coup d'oeil sur cet article

En annonçant le passage de certaines régions au rouge dimanche soir à Tout le monde en parle et en tenant son point de presse explicatif presque 24 heures plus tard, le gouvernement se donnera le temps de maîtriser son message, croit un expert en communication politique. «À eux de ne pas l’échapper», soutient Luc Ouellet.

• À lire aussi: COVID-19: Québec et Montréal passeront en zone rouge, Legault fera le point à 17h30

• À lire aussi: Zone rouge: le gouvernement Legault accusé de semer la confusion

• À lire aussi: La construction épargnée par la zone rouge

• À lire aussi: COVID-19: 750 nouveaux cas et un décès supplémentaire au Québec

Le gouvernement Legault est la cible de critiques depuis dimanche soir en raison de sa gestion de l’annonce du passage au niveau d’alerte maximale de certaines régions. Toutefois, l’associé du cabinet de relations publiques National Luc Ouellet ne croit pas que le gouvernement a fait fausse route en procédant comme il l’a fait.

«Christian Dubé n’a pas improvisé» en annonçant le passage au rouge de Montréal et de Québec, il a plutôt acheté du temps pour ajuster le message final, croit M. Ouellet.

Luc Ouellet, associé du cabinet de relations publiques National
Photo courtoisie
Luc Ouellet, associé du cabinet de relations publiques National

«On voit souvent les politiciens lancer un ballon pour préparer les gens à une décision. Avec la gravité des chiffres d’hier, on devait envoyer un message fort et ensuite, on se laisse la journée pour ajuster le message et s’assurer qu’on a toutes les précisions nécessaires», explique l’expert.

Pari risqué

Toutefois, une telle stratégie pourrait bien être un couteau à double tranchant. «Ça crée l’obligation pour le gouvernement d’avoir un excellent point de presse à 17h30», ajoute M. Ouellet.

«S’ils performent bien, il n’y aura pas de dommages, mais si ça va mal, ça va être “dommages et demi” [...] S’ils manquent leur coup à 17h30, là ça va être grave», illustre-t-il.

Surtout que le gouvernement a connu quelques ratés au cours des dernières semaines dans sa stratégie de communication, notamment sur le dossier des policiers dans les résidences privées. Valait mieux faire patienter la population que de risquer un autre message à la clarté déficiente, croit Luc Ouellet.

«Habituellement, les politiciens sont friands des annonces en matinée parce que la nouvelle spin toute la journée. Mais là, ils devaient prendre le temps de planifier et s’assurer d’avoir le plus de précisions possible. [...] C’est une annonce qui a des conséquences sur nos vies, c’est majeur», précise le spécialiste du cabinet National, ajoutant que le gouvernement devra être précis.

Rejoindre les citoyens

Autre facteur pouvant expliquer le long délai entre l’annonce faite par le ministre Dubé à Tout le monde en parle et le point de presse officiel: le contact avec le plus grand nombre de citoyens possible.

En se présentant devant les caméras à 17h30, François Legault et son équipe pourraient rejoindre plus de gens qu’en matinée.

«Durant la première vague, tout le monde arrêtait sa journée à 11h ou à 13h pour écouter le premier ministre. Là, les gens sont moins à l’écoute», fait remarquer Luc Ouellet. «La décision de faire son annonce à 17h30 lui assure d’être en direct sur toutes les chaînes, mais surtout d’avoir un plus grand nombre de gens à l’écoute pour une annonce aussi importante».

Journée chargée

Peu importe la stratégie choisie, le premier ministre et le ministre de la Santé étaient assurés d’avoir une grosse journée en ce lundi. Luc Ouellet explique que les dirigeants et leurs équipes sont au bureau depuis très tôt ce matin.

«Le ministre Dubé, le premier ministre et la Santé publique étaient tous autour de la table ce matin, à travailler pour préparer le point de presse et avoir l’air le plus clairs possible», explique le spécialiste.

Au menu, finalisation des dernières modalités du passage à la zone rouge et ensuite, maitrise du message.

«On a lancé l’information hier et aujourd’hui on va faire des “dry runs” (tests à blanc) avec le ministre Dubé, on va le challenger, faire des simulations de questions-réponses pour arriver avec le message le plus précis possible», raconte Luc Ouellet.

«Ils ont fait un pari. C’est après le point de presse de 17h30 qu’on saura s’il est gagnant ou non.»

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

APPEL À TOUS

Vous avez vaincu la COVID-19? Le Journal est à la recherche de personnes guéries du coronavirus et qui aimeraient témoigner.

Écrivez-nous à jdm-scoop@quebecormedia.com