/news/coronavirus
Navigation

Les annonceurs lâchent CHOI Radio X

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs annonceurs majeurs de CHOI Radio X retirent leurs publicités des ondes ou songent à le faire en raison du discours qui y est entretenu et qui contrevient aux règles sanitaires en période de pandémie.

• À lire aussi: La Ville de Québec met fin à ses placements publicitaires à CHOI Radio X

• À lire aussi: Publicités: Québec solidaire appelle les annonceurs à boycotter CHOI Radio X

• À lire aussi: CHOI Radio X refuse de diffuser une pub du gouvernement visant les complotistes

La débandade se poursuivait lundi, après le coup de départ lancé par la Ville de Québec, qui a annoncé lundi matin qu'elle retirait ses publicités des ondes de la station radiophonique. «Le comportement des propriétaires de cette station de radio constitue un danger pour la santé publique et le bien-être des citoyens de Québec», justifiait-elle.  

  • Écoutez l'animatrice de radio Myriam Segal avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Cela a mené à une cascade de retraits. Des restaurants, des concessionnaires auto, des institutions choisissent de se dissocier de la controversée station. 

«Contraire à la santé»

Hydro-Québec a annoncé son intention d'annuler une campagne publicitaire prévue sur ses ondes. «Puisque différents contenus contraires à la santé publique y ont été diffusés, nous avons décidé de cesser nos achats publicitaires auprès de Radio X jusqu’à nouvel ordre. Avec cette décision, nous souhaitons être cohérents avec l’importance que nous accordons à la santé et la sécurité du public», affirme Marc-Antoine Pouliot, chef Affaires publiques et médias, chez Hydro-Québec. 

Même son de cloche chez Desjardins. «Je peux vous confirmer que Desjardins va cesser ses publicités sur les ondes de CHOI Radio X, dit un porte-parole de Desjardins. [...] Pour le moment, en raison des différents propos tenus sur la station, nous retirons nos publicités à ce moment-ci.»

Uniprix a fait de même, n'ayant pas apprécié qu'une de ses publicités en ligne préprogrammées soit apparue par inadvertance à côté d'un segment de CHOI Radio X One-Two Punch «qui contenait des commentaires inquiétants concernant l'utilisation de masques faciaux en public», a exprimé Andrew Forgione, de McKesson Canada.

La chaîne de pharmacies Jean Coutu s'est ajoutée à la liste mardi, indiquant sur Twitter qu’elle ne présente plus de messages publicitaires sur CHOI depuis le 23 septembre dernier.

«Nous prenons cette situation bien au sérieux. Sachez que nous n’avons plus de publicité sur les ondes de CHOI depuis le 23 septembre», déclare l’entreprise, sans toutefois spécifier si elle ne présente plus de publicité sur les ondes de la station de Québec parce qu’elle est en désaccord avec son choix éditorial en matière de santé publique.

Pizza Royale, qui s'était associée à CHOI par le passé et qui avait entrepris la semaine dernière une nouvelle commandite de la chronique d'Éric Duhaime, a aussi choisi récemment de retirer ses billes. «C'était une erreur», a commenté le président de l'entreprise, André Poirier. «Je ne tiens pas à m’associer avec ce genre de discours-là actuellement.» 

  • Écoutez l'entrevue d'André Poirier avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

Cotes d'écoute

La pandémie actuelle «touche tout le monde». «Ce n’est pas le temps d’essayer de se faire du capital quelconque, ce n’est pas le temps d’essayer d’aller chercher des cotes d’écoute», poursuit-il.           

  • Écoutez l'analyse d'Antoine Robitaille et de Caroline St-Hilaire avec Benoit Dutrizac sur QUB radio:   

C'est le positionnement de la station qui donne un micro à de nombreux adeptes des théories du complot qui incitent au non-respect des consignes sanitaires qui a été le déclencheur. 

«C'est une décision d'affaires, mais c'est surtout une décision personnelle, commente en entrevue M. Poirier. Dans le contexte de la pandémie, où beaucoup de gens sont fragiles, il faut être capable de nuancer un peu et de se ranger derrière le gouvernement et la Santé publique. C'est une situation grave, ça nous touche tous. On reconnaît la grandeur d'un être humain à sa capacité de se positionner de manière à prendre soin des gens plus fragiles.»

M. Poirier affirme que CHOI est un «très bon partenaire», mais qu'il a choisi de s'en distancer pour une période indéterminée. «Je donne la chance au coureur. Je leur donne une chance de se repositionner.»

L'assureur Industrielle Alliance a lui aussi choisi de quitter le navire. « Considérant la décision de la Ville de Québec communiquée ce matin, et les événements récents, ça nous a amenés à prendre la décision de ne plus faire de placement publicitaire à Radio X», a informé Pierre Picard, responsable des relations publiques, Industrielle Alliance.

Le Groupe Paquet, qui regroupe cinq concessionnaires, a choisi de se retirer. «On a tout annulé et on n'avait rien de prévu avec eux en octobre. On a choisi d'attendre. On a eu des plaintes des clients et on ne voulait pas être associés à ça», a indiqué Normand Lemieux, contrôleur au Groupe Paquet.

Mercedes-Benz de Québec a également décidé de se distancer des propos tenus à la station. «On avait une publicité qui se terminait demain. On n'avait pas d'engagement à long terme avec Radio X», a soutenu le vice-président et directeur général de la concession, Tommy Caron. «Ici on est pour le port du masque. Les règles sanitaires sont très strictes. [Les propos tenus sur les ondes] vont à l'encontre de notre façon de travailler au quotidien. On ne veut pas être associés à ça.»

Du côté du Groupe Restos Plaisirs, qui regroupe sept bannières à Québec, dont les restaurants Cochon Dingue, Ciel! et Lapin Sauté, le président-directeur général Pierre Moreau a indiqué qu'il allait «reconsidérer» sa relation d'affaires avec la station et ses placements publicitaires. «Nous sommes préoccupés par l'influence d'un discours qui vise à miner les efforts de la Santé publique dans le contexte de la pandémie», a-t-il fait savoir.

RNC Média réagit

En fin de journée lundi, l'entreprise propriétaire de la station, RNC Média, a dit ne pouvoir accepter «toute association tendancieuse et fallacieuse avec le mouvement conspirationniste et les appels au boycott qui ne sont basés sur aucune déclaration formulée en ondes par ses animateurs. L’entreprise envisage d’ailleurs toutes les options qui s’offrent à elle pour défendre sa réputation», a soutenu Robert Ranger, président et chef de la direction RNC Média. «En ondes, nous continuerons de faire la promotion du respect des consignes sanitaires; le seul moyen actuellement disponible pour limiter la contagion et endiguer cette pandémie.»

Dans l’émission du retour, l’animateur Denis Gravel a parlé d’une «chasse aux sorcières» de la part des médias de Québec. «Il y a beaucoup de gens qui décident de se servir d’une opportunité pour fesser sur un média», dit-il.  

Denis Gravel estime qu’il s’agit d’une campagne organisée. «Il y a beaucoup de médias qui attendaient après la diffusion de la pub. Parce que les textes étaient prêts, tout le monde avait été avisé sauf nous. C’est un genre de campagne ou de dîner de cons, où on attendait juste qu’on se fasse prendre au piège pour pouvoir commencer cette campagne qui est en cours présentement, campagne qui a un seul objectif, c’est faire fermer la station», a-t-il ajouté.  

– Avec la collaboration de TVA Nouvelles