/sports/fighting
Navigation

Un ex-proche des Hells veut organiser des galas de boxe

L’ex-boxeur Yan Pellerin demande à l’État son permis de promoteur

Yan Pellerin
Photo Pierre-Paul Poulin Le promoteur est convoqué devant la régie des alcools, des courses et des jeux pour avoir organisé un gala où des Hells étaient présents et lors duquel un combat a été arrangé.

Coup d'oeil sur cet article

Un nouveau promoteur de boxe et de combats d’arts martiaux mixtes (MMA) demande à l’État la permission d’organiser des galas au Québec, en dépit de ses liens passés avec les Hells Angels.

L’ex-combattant Yan Pellerin, seul actionnaire de la firme New Era Fighting & Promotion, tente depuis lundi de convaincre la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) de lui octroyer un permis annuel pour avoir le droit d’organiser ce genre d’événement sportif, au même titre que le Groupe GYM du promoteur Yvon Michel et de Eye of the Tiger Management de Camille Estephan.

L’homme d’affaires de Saint-Jean-sur-Richelieu fait toutefois l’objet d’une « recommandation défavorable » des forces policières qui ont mené une enquête de sécurité sur lui et sa firme à la demande du service du contentieux de la RACJ. Les motifs de leur conclusion n’ont pas encore été dévoilés.

Dans une décision qu’elle a rendue en 2012, la RACJ avait toutefois suspendu le permis d’alcool d’un resto-bar dont Pellerin était actionnaire en invoquant des liens que l’athlète entretenait avec des Hells Angels en Estrie, dont Steve Duquette, condamné cette année-là à 12 ans de pénitencier pour complot de meurtre.

« La police reconnaît aujourd’hui que M. Pellerin n’a plus de lien contemporain avec les Hells Angels. De plus, il n’a aucun dossier criminel », a insisté lundi son avocat, Me Alexandre Cayer.

Gala controversé

L’hiver dernier, Yvon Michel avait dû se défendre devant la RACJ, où on soupçonnait le Groupe GYM d’avoir servi de prête-nom pour New Era Fighting & Promotion dans l’organisation d’un gala où six membres des Hells Angels étaient assis aux premières loges, le 20 septembre 2019, au Centre Pierre-Charbonneau, à Montréal.

« C’est un boxeur que je connaissais un peu et qui voulait organiser des événements de MMA et de boxe. Si quelqu’un à la Régie m’avait prévenu de ne pas faire affaire avec Yan Pellerin, j’aurais tout arrêté », avait alors témoigné Yvon Michel.

Le Groupe GYM avait été blanchi de cette allégation, mais la RACJ a tout de même suspendu son permis de promoteur durant 15 jours pour avoir présenté un « combat arrangé » lors de ce même gala entre l’homme fort Hugo Girard et le combattant vedette Patrick Côté, bien que ce combat servait à amasser des fonds pour une bonne cause.

Hugo Girard, qui a été actionnaire de New Era, a depuis coupé tout lien avec la firme, ont appris lundi les juges administratifs de la RACJ.

La firme de Pellerin dit avoir les reins solides pour présenter des galas professionnels, disposant d’actifs évalués à deux millions de dollars.