/sports/huntfish
Navigation

COVID-19: des chasseurs du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie s’interrogent

Coup d'oeil sur cet article

Le changement de palier d’alerte dans les régions suscite énormément de questions auprès des chasseurs, notamment du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie, alors que la période de chasse à l’orignal à l’arbalète bat son plein dans plusieurs secteurs.

Le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs a confirmé qu’il n’a jamais été question, jusqu’à maintenant, d’annuler la saison de la chasse. Cependant, les chasseurs vont devoir tout de même se conformer aux mesures sanitaires en vigueur.

Notons que la chasse à l’arme à feu doit débuter le 17 octobre prochain.

Pendant la période de la chasse, les déplacements inter région sont nombreux. Plusieurs chasseurs demeurant dans les grands centres prennent la route en direction des régions pour s’adonner à leur sport.

Pour le moment, les déplacements inter région ne sont pas interdits, mais ne sont pas recommandés.

Le directeur de la santé publique du Bas-Saint-Laurent souhaite que les chasseurs se questionnent sur leurs partenaires de chasse. «Comment peuvent-ils avoir l’assurance totale que les gens avec qui ils vont aller chasser et partager des espaces communs n’ont pas eux-mêmes la COVID», a demandé le Dr Sylvain Leduc.

De nombreux chasseurs au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie devront cependant revoir leur plan d’hébergement. Les régions sont maintenant au palier orange et, conformément aux mesures sanitaires, les rassemblements intérieurs se limitent maintenant à six personnes maximum provenant de deux adresses.

Le ministère demande aux chasseurs de se conformer aux mesures de la santé publique et de revoir leurs plans d’hébergement.

La Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) doit contacter plusieurs groupes de chasseurs qui ont réservé des hébergements dans les prochaines semaines.

Plusieurs groupes ne respectent plus les nouvelles mesures sanitaires en raison d’un nombre trop grand dans chaque unité d’hébergement. Le responsable des relations avec les médias de la Sépaq a confirmé que des accommodements seront offerts à certains groupes de chasseurs. Environ une centaine de chasseurs seront contactés dans les prochains jours.