/finance
Navigation

Des producteurs laitiers à bout de patience

Coup d'oeil sur cet article

Les producteurs laitiers s'impatientent parce que le gouvernement fédéral tarde toujours à leur verser l'indemnité promise pour compenser les pertes occasionnées à la suite des accords commerciaux internationaux des dernières années. 

Au cours des dernières années, la signature de l'Accord économique commercial global avec l'Union Européenne, du Partenariat transpacifique global et progressiste et de l'Accord Canada/États-Unis/Mexique – le nouvel ALENA – ont éraflé le système de gestion de l'offre au Canada, faisant perdre 8,4 % des revenus des producteurs laitiers.

Ces coups portés à la gestion de l'offre représentent des pertes de 450 millions $ pour les producteurs canadiens, dont 21 millions $ pour les producteurs du Bas-Saint-Laurent. Or, plus le temps passe, plus la pression monte pour les éleveurs qui doivent faire face à leurs obligations financières.

Les accords commerciaux ne sont pas la seule tuile qui s'est abattue sur les producteurs bas-laurentiens. Ceux-ci doivent aussi composer avec la diminution de la demande de lait en raison de la pandémie de la COVID-19, un quatrième été consécutif de sécheresse et la détresse psychologique qui est encore bien présente.

Le président des Producteurs laitiers du Bas-Saint-Laurent, Gabriel Belzile, exhorte donc le gouvernement Trudeau de tenir sa promesse de compenser les éleveurs pour les pertes causées par l'ouverture du marché laitier canadien.

Pour sa part, le député bloquiste de Rimouski-Neigette entend poursuivre ses démarches auprès de la ministre fédérale de l'agriculture Marie-Claude Bibeau.

Maxime Blanchette-Joncas exige qu'Ottawa indemnise en totalité et immédiatement les producteurs canadiens qui ont suffisamment souffert de la situation.

Plusieurs producteurs sont littéralement à bout de patience. Pour Jean-Nil Fournier, propriétaire de la ferme Ronier à Saint-Anaclet-de-Lessard, près de Rimouski, des pertes financières de 8,4 %, c'est l'équivalent d'un mois sans revenu.

Le producteur laitier a expliqué que les pertes générées entraînent tout un casse-tête au niveau de la gestion financière de son entreprise.

Le Québec compte près de 6000 fermes laitières et 12 000 producteurs. Du nombre, 572 fermes laitières et près de 1250 producteurs sont situées au Bas-Saint-Laurent.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.