/news/currentevents
Navigation

Le maire dénonce la «banalisation» à CHOI

D’autres annonceurs majeurs retirent leurs publicités des ondes

Quebec
Photo Stevens Leblanc Le maire de Québec, Régis Labeaume, a avisé mardi que son administration n’investira plus un sou en publicité sur les ondes de CHOI.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que d’autres annonceurs majeurs se dissocient de CHOI Radio X, le maire de Québec a défendu sa décision de retirer les publicités municipales en dénonçant le message dangereux de « banalisation » de la pandémie qui est diffusé à l’antenne.

Mardi, d’autres gros joueurs ont choisi de retirer leurs billes, dans la foulée de la vague amorcée la veille par la décision de la Ville de Québec.

Ainsi, Qualinet, Bell et la CNESST ont à leur tour largué CHOI Radio X.

En marge d’un point de presse, le maire s’est exprimé sur cette décision qui a été prise dimanche soir et annoncée lundi matin. 

« Les propriétaires de CHOI ont décidé que leur produit pouvait aller jusqu’à mettre en danger la santé publique, à cause du discours de banalisation. S’ils font ce choix-là, ils ont peut-être le droit. Tout ça, c’est pour faire du bénéfice et du cash, pis j’ai aucun problème avec ça. Mais on n’est pas obligés, nous autres, d’y participer. Comme on pensait qu’il y avait un danger pour la population, on a décidé qu’on n’avait pas à participer financièrement aux activités de cette entreprise privée là. »

Il est déjà acquis que l’administration Labeaume ne mettra plus un sou chez CHOI.

« On ne sera plus là, on ne mettra plus d’argent dans cette organisation-là. On sait où ils sont prêts à aller pour faire de l’argent. »

Attention aux avocats

Régis Labeaume s’est bien gardé de viser les artisans ou les animateurs de la station, s’en prenant exclusivement aux propriétaires.

Il n’a pas voulu non plus faire un lien direct entre le discours qui est diffusé à CHOI Radio X et la hausse vertigineuse des cas dans la région.

« Les avocats de Radio X doivent être en train de m’écouter, au moment où on se parle. Alors, évidemment, je ne ferai pas ce lien-là. »

Plus tôt dans la journée, des entreprises avaient exprimé leur malaise devant le contenu diffusé à l’antenne.

« Qualinet considère que les citoyens et les citoyens corporatifs doivent être solidaires des actions du gouvernement pour contrer la propagation de la COVID-19. En ce sens, on comprend le respect de la liberté d’expression, mais on pense que la liberté d’expression ne doit pas être confondue avec de la désinformation qui peut impliquer des risques majeurs pour la santé publique », a indiqué le porte-parole de la compagnie, Marc Robichaud.

Jean Coutu, la CNESST ainsi que Bell ont confirmé avoir pris la même décision. 

« Tout à fait légitime »

À Démocratie Québec, Jean Rousseau estime que le choix de retirer la publicité se défend. « C’est tout à fait légitime », a-t-il exprimé.

Jean-François Gosselin a quant à lui refusé de se « mêler des chicanes entre Régis Labeaume et CHOI ».