/entertainment
Navigation

Le monde de la culture sous le choc: incompréhension et colère

Coup d'oeil sur cet article

Après le choc, la colère, l’incompréhension et le sentiment d’injustice. Les artisans du milieu de la culture ne comprennent pas pourquoi ils sont encore forcés au silence, cette fois du 1er au 28 octobre, même s’ils suivent à la lettre les règles pour éviter la propagation du coronavirus et qu’ils assurent n’être à la source d’aucun foyer d’éclosion.

• À lire aussi - Garder les théâtres ouverts aurait été contradictoire, dit la ministre Nathalie Roy

• À lire aussi - Nouvelles restrictions en zone rouge: ils pensaient avoir tout fait pour éviter une autre fermeture

«Nous avons été trahis.» 

Les mots sont durs. En furie, le dramaturge Michel Marc Bouchard a dénoncé, mardi matin, la fermeture des cinémas, salles de spectacles, théâtres, musées et bibliothèques situés dans les zones rouges du Québec, dans une publication Facebook qu’il a ensuite effacée temporairement en expliquant avoir reçu des messages haineux de «fanatiques» et de «complotistes».

La culture québécoise se dit victime d’une injustice. Elle estime payer lourdement même si elle a été une bonne élève depuis le début du déconfinement, cet été.

«Ce qu’on nous a demandé de faire, nous l’avons fait», a plaidé Lorraine Pintal, directrice artistique du Théâtre du Nouveau Monde, au micro de QUB.

Incertitude

Des pertes financières importantes sont appréhendées.

Plus que jamais, l’incertitude règne chez les diffuseurs de spectacles, signale Julie-Anne Richard, directrice générale de l’organisme RIDEAU.

«On nous compare à des secteurs comme les bars et les restaurants, mais il y a une notion fondamentale dans la diffusion : il y a des contrats qui engagent les différentes parties. Que faire avec ces contrats qui sont encore annulés ? Ce n’est pas banal. Est-ce que certains vont être plus frileux avant de se compromettre pour l’avenir?»

«Les impacts de ces fermetures répétées se feront sentir à long terme», a fait valoir, dans un communiqué, le président de l’ADISQ, Philippe Archambault.

Qu’en est-il à court terme ? Voici un survol de la situation dans les différents secteurs culturels du Québec. 

Musées : «C’est un coup dur»    

Photo d'archives Jean-François Desgagnés

Même si la fermeture est prévue pour 28 jours, rien n'est coulé dans le béton pour une réouverture le 29 octobre.  

Cliquez ici pour lire la suite...

Musique: le virtuel à la rescousse    

Photo Fotolia

La diffusion de concerts payants en ligne sera donc une des planches de salut des artistes et des salles de spectacles touchés par les mesures du gouvernement, comme ce fut le cas pendant le confinement du printemps.

Cliquez ici pour lire la suite...

Cinéma: «On paie pour les autres»    

Photo d'archives

« C’est une décision qui reste incompréhensible à mes yeux et qui va avoir un impact énorme sur notre industrie », a déploré mardi le producteur et distributeur Christian Larouche (Louis Cyr), encore secoué par la nouvelle de la veille.  

Cliquez ici pour lire la suite...

Humour: «Une décision qui fait mal»    

Photo Adobe Stock

« Plusieurs vivent déjà avec des défis financiers majeurs qui pourraient être insolubles. C’est tout un écosystème qui est fragilisé et qui devient très précaire », a déclaré le président de l’APIH, François Lapointe. 

Cliquez ici pour lire la suite...

«Un désastre» -Michel Barrette    

Photo d'archives, Chantal Poirier

L’humoriste était dans sa chambre d’hôtel, lundi à 17 h 30, quand il a regardé le point de presse du gouvernement.

Cliquez ici pour lire la suite...

Théâtre: «C’est encore l’incertitude»    

Photo Fotolia

Les théâtres de Québec et de Montréal doivent annuler 148 représentations en raison des nouvelles mesures gouvernementales mises en place. 

Cliquez ici pour lire la suite...