/entertainment/comedy
Navigation

«Un désastre» -Michel Barrette

Michel Barrette
Photo d'archives, Chantal Poirier Michel Barrette

Coup d'oeil sur cet article

Se trouvant cette semaine à Rouyn-Noranda, où il doit présenter jusqu’à mercredi soir son spectacle « spécial COVID » intitulé Sans masque, Michel Barrette ne débordait pas d’enthousiasme lorsque Le Journal l’a eu au bout du fil.

• À lire aussi: Le monde de la culture sous le choc: incompréhension et colère

• À lire aussi: Fermeture en zone rouge: «C’est la consternation» dans les salles de spectacles

« J’ai annoncé hier [lundi] qu’il y a de fortes chances que le show de mercredi soit mon dernier de l’année. J’ai été les six premiers mois de l’année à ne pas donner de show. Ensuite, j’ai roulé pendant environ un mois. Ce matin, je me retrouve au chômage. »

Dans les faits, trois spectacles restent pour l’instant au calendrier de l’humoriste pour le mois d’octobre, car ils ne sont présentement pas en zone rouge : Saint-Hyacinthe (samedi), Sherbrooke (10 octobre) et Drummondville (11 octobre).

« Le reste de l’agenda est vide. Et je ne sais pas quand [on pourra le remplir à nouveau]. On revient à la case départ et c’est triste. [...] Pour les entreprises qui vivent de l’événementiel, ça n’a pas de bon sens. C’est vraiment un désastre », poursuit-il.

  • À VOIR AUSSI : Qu'est-ce qui est permis, interdit, ouvert et fermé en zone rouge

Pensée magique

L’humoriste était dans sa chambre d’hôtel, lundi à 17 h 30, quand il a regardé le point de presse du gouvernement.

« Je suis allé sur scène à 20 h après ça. Je me sentais comme un gars qui s’en va se marier et qui apprend deux heures avant les noces que sa femme l’a trompé. »

Rien pour rassurer, Michel Barrette se demande aussi ce qui arrivera au bout des 28 jours de confinement. 

« Est-ce que le 28 octobre, ils vont nous dire qu’on repart pour un autre 28 jours ? Il y a ça qui nous pend au-­dessus de la tête. C’est un peu une pensée magique de croire que les cas vont avoir baissé rendu là. »