/news/consumer
Navigation

Consommation d’alcool: des avancées significatives en 30 ans, selon Éduc’alcool

Coup d'oeil sur cet article

La proportion d’accidents mortels qui résultent de la conduite avec les facultés affaiblies par l’alcool a reculé de 20 % en trente ans, a fait savoir Éduc’alcool, mercredi. 

L’organisme qui célèbre en octobre son 30e anniversaire dresse un bilan positif de l’évolution des habitudes de consommation au cours de cette longue période.

Ainsi, en plus de la tendance à la baisse de la part des accidents mortels sur les routes impliquant l'alcool (50,3 % à 30,3 %), l’organisme note aussi des avancées concernant la consommation d’alcool des jeunes.

En l’occurrence, les jeunes du secondaire boivent moins et moins souvent de manière excessive. Selon Éduc’alcool, la proportion de ces jeunes qui consomment de manière excessive (cinq verres ou plus) et répétitive (au moins cinq fois par année) est passée de 21,7 % à 10 %.

De plus, les jeunes du Québec retardent de plus en plus l’âge du début de la consommation d’alcool.

«La prévention n’est pas faite que de mises en garde, de conseils et de recommandations, a souligné dans un communiqué Hubert Sacy, directeur général. Le renforcement positif fait aussi partie intégrante des moyens dont nous disposons pour faire valoir que la modération a bien meilleur goût.»

M. Sacy a également insisté pour dire qu’il était important de «mettre l’accent sur les progrès accomplis une fois tous les dix ans».

Selon Éduc’alcool, les Québécois sont les plus nombreux à consommer de l’alcool au pays, mais ils arrivent au bas de l’échelle de l’abus. «De tout le Canada, c’est au Québec (avec 2,7 %) que l’on compte le moins de personnes dépendantes», soutient l’organisme.

De plus, environ 77,1 % des Québécois boivent peu, fréquemment ou pas, alors que ce n’est le cas que de 67 % des Canadiens hors Québec.