/sports/opinion/columnists
Navigation

Le Lightning, équipe modèle

SPO-CANADIENS-LIGHTNING
Photo AFP Jon Cooper est l’entraîneur modèle de la nouvelle décennie.

Coup d'oeil sur cet article

On se souviendra longtemps de cette interminable saison 2019-20, mais au bout du compte, la meilleure équipe a gagné la coupe Stanley et le Lightning de Tampa Bay est à tout point de vue une équipe modèle. C’est pratiquement l’équipe parfaite. 

Ça fait quelques années que le Lightning fait partie des meilleures formations de la LNH, et un peu comme les Capitals de Washington, il leur fallait franchir un dernier pas, soit le triomphe ultime, et maintenant que c’est chose faite, on réalise qu’ils seront dangereux pendant plusieurs années. C’est possiblement le début d’une nouvelle dynastie. 

Leurs meilleurs joueurs sont sous contrat pour quelques saisons et on ne peut qu’admirer la structure de cette formation basée d’abord sur de bons repêchages, et tout part de la direction. L’ancien directeur général Steve Yzerman a jeté les fondations et puis son successeur, Julien BriseBois, a complété le boulot en ajoutant les éléments manquants. 

Après la cruelle défaite au premier tour des séries 2019 contre les Blue Jackets de Columbus, la pression était forte à Tampa. 

Jon Cooper, l’entraîneur modèle 

Cette saison, c’était la coupe ou rien. Ils devaient gagner. Ils ont connu un début de saison couci-couça et on disait même que l’entraîneur Jon Cooper était en danger. 

En voilà un qui a beaucoup de mérite et à mon avis, il est l’entraîneur modèle de la nouvelle décennie. Lorsqu’on pense aux entraîneurs de hockey, on a souvent en tête l’image du gars dur et autoritaire, un peu à la John Tortorella, mais Cooper est capable d’imposer ses idées et son système, tout en restant proche de ses joueurs. 

Cooper est un excellent communicateur qui traite ses joueurs comme des êtres humains et Vincent Lecavalier me disait à quel point ses joueurs l’aimaient et le respectaient. D’ailleurs, c’était évident lors des célébrations de la coupe. Cooper serrait chaleureusement chaque joueur dans ses bras et leur parlait comme s’ils étaient ses coéquipiers. 

Une vedette à chaque position

Pour les joueurs du Lightning, Cooper est pratiquement un coéquipier. C’est un homme articulé et il est un fin connaisseur du jeu. Il est créatif et il encourage ses défenseurs à se porter à l’attaque. On dit que les entraîneurs à tous les niveaux ont souvent tendance à imiter l’entraîneur de l’équipe championne de la coupe Stanley et honnêtement, on ne peut demander un meilleur modèle que Jon Cooper. 

La victoire du Lightning est bonne pour le hockey et j’ai l’impression qu’ils vont gagner d’autres coupes Stanley dans les prochaines années. 

Lorsque je dis que le Lightning est l’équipe parfaite, je ne parle pas seulement du recrutement, du directeur général, de l’entraîneur et du style de jeu. Cette équipe mise aussi sur un jeune dominant de 26 ans en Andrei Vasilevskiy, un défenseur dominant de 28 ans en Victor Hedman et un attaquant dominant de 27 ans en Nikita Kucherov, sans parler de la belle trouvaille qu’est Brayden Point qui n’est âgé que de 24 ans. 

Quelle structure ! La profondeur et le leadership sont également au rendez-vous. Le capitaine, Steven Stamkos n’a joué qu’une seule minute au cours des séries, mais avez-vous vu à quel point il était heureux de cette coupe lors des célébrations ?  

En voilà un qui aurait pu choisir d’aller jouer ailleurs, il y a quelques années, mais il voulait gagner à Tampa et il a réalisé son rêve. Dommage qu’il était blessé, mais il aura l’occasion de se reprendre. Il n’a que 30 ans. Je doutais du Lightning et il y avait certainement des doutes à l’interne, mais je crois que leur victoire du 11 août en 5e période de prolongation a tout changé. Maintenant qu’ils ont gagné une coupe, ils seront encore plus difficiles à battre. 

Je suis convaincu que Marc Bergevin en est conscient comme tous les autres directeurs généraux de la LNH.  

– Propos recueillis par Gilles Moffet

La victoire du Lightning est bonne pour le hockey  

Vasilevskiy : quelle carrière ! 

SPO-CANADIENS-LIGHTNING
Photo d'archives, Martin Chevalier

À 26 ans, Andrei Vasilevskiy a déjà 159 victoires en saison régulière et 33 en séries éliminatoires. Il est en voie de connaître une grande carrière et une chose qui me réjouit, c’est qu’il a gagné en jouant dans chacun des matchs des séries. Sa fiche de 7-0 après une défaite est éloquente. J’espère que les entraîneurs réaliseront aussi qu’Anton Khudobin a aussi bien répondu après ses défaites du côté des Stars. La leçon à retenir est que jouer à la chaise musicale avec ses gardiens en séries éliminatoires, c’est jouer avec le feu. Ça ne semble pas entrer dans la tête de certains entraîneurs. 

Bettman a gagné son pari 

SPO-CANADIENS-LIGHTNING
Photo AFP

Beaucoup de gens doutaient du concept des séries éliminatoires présentées dans deux bulles à Edmonton et Toronto, mais Gary Bettman a gagné son pari. Il n’y a eu aucun cas de COVID-19. Nous avons eu droit à d’excellentes séries et les joueurs ont tout donné. Bettman avait raison de dire que chaque joueur de chaque équipe méritait le trophée Conn Smythe, mais au bout du compte, Victor Hedman fut le plus méritant. Il n’y a plus aucun doute qu’il est l’un des trois meilleurs défenseurs de la LNH. Il faut souligner l’effort des Stars de Dallas. Ils se sont battus jusqu’à la toute fin. 

Petry et le Canadien 

SPO-CANADIENS-LIGHTNING
Photo d'archives

Marc Bergevin a réussi tout un coup avec la prolongation de contrat offerte à Jeff Petry. En voilà un qui voulait rester à Montréal et c’est un signe que les Canadiens s’en vont dans la bonne direction. De là à dire que les Canadiens vont rivaliser avec le Lightning de Tampa Bay la saison prochaine, il y a un pas que je ne veux pas franchir. Je n’ai aucun problème avec la défensive et les gardiens des Canadiens, mais à l’attaque, ce n’est pas du tout la même dynamique. Ça prend un attaquant dominant dès la saison prochaine. Malgré un bon taux de réussite dans ses transactions, Bergevin n’a pas eu le meilleur dans l’échange de Mikhail Sergachev et Jonathan Drouin.  

Mentalité de gagnant 

SPO-CANADIENS-LIGHTNING
Photo d'archives

Si le Lightning a appris à gagner, ce n’est pas encore le cas des Panthers de la Floride et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle leur nouveau directeur général, Bill Zito, a acquis le vétéran de 33 ans Patric Hornqvist, des Penguins de Pittsburgh, contre un bon jeune défenseur en Mike Matheson ainsi que l’attaquant Colton Sceviour. Zito veut une mentalité de gagnant et c’est ce que Hornqvist va lui amener.