/news/provincial
Navigation

Un suspect arrêté pour des menaces contre Labeaume

Le maire de Québec, Régis Labeaume
Photo Stevens LeBlanc Le maire de Québec, Régis Labeaume

Coup d'oeil sur cet article

Un homme de 41 ans a été arrêté mercredi en fin de matinée à Québec dans le dossier des menaces proférées contre le maire Régis Labeaume sur Messenger.

• À lire aussi: Régis Labeaume porte plainte à la police de Québec pour «menaces»

• À lire aussi: Le maire dénonce la «banalisation» à CHOI

« On l’a arrêté pour harcèlement criminel », a fait savoir Étienne Doyon, porte-parole de la police de Québec.

L’homme a été interrogé et ensuite libéré sous promesse de comparaître.

L’identité du suspect n’a pas été révélée par le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), car aucune accusation formelle n’a été portée contre lui pour le moment. 

Sa date de passage devant la cour n’a pas non plus été dévoilée. Pour ce type de dossiers, le délai habituel est de trois mois en temps normal.

À cause de la pandémie, les délais pourraient toutefois être plus longs.

Selon l’article 264 du Code criminel, une personne reconnue coupable de harcèlement criminel est passible d’un emprisonnement maximal de dix ans.

Mercredi après-midi, François Moisan, attaché de presse du maire, n’a pas fait de commentaires au sujet de cette arrestation.

Le maire a porté plainte

C’est le maire Labeaume lui-même qui a déposé une plainte pour menaces, lundi en fin de journée. 

Sur Messenger, un individu lui avait notamment envoyé ces mots : « J’espère que tu vas crever mon osti de sale [...] ton cancer y es terminal right ? J’ai hâte d’aller pisser sur ta tombe gros criss de trou d cu salope [...] Le jour où tu vas crever j promet d avoir l air triste creve le plus vite possible please [...] J te souhaite un autre cancer du scrotum gros tas de marde ».

Sous garde rapprochée

Mardi, deux gardes du corps ont été assignés pour accompagner le maire.

Pour des raisons de sécurité, le cabinet de M. Labeaume n’a pas voulu dire, mercredi, si cette protection a été maintenue ou non à la suite de l’arrestation réalisée par le SPVQ.